ban600

Le 18è anniversaire de la fête du Trône, célébré dans la grande liesse à Abidjan

Le 18è anniversaire de la fête du Trône, célébré dans la grande liesse à Abidjan

Une cérémonie grandiose commémorant le 18è anniversaire de l’accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de Ses Glorieux Ancêtres, a eu lieu lundi soir à Abidjan, dans une ambiance de joie et de liesse, en présence de plusieurs personnalités et responsables ivoiriens et marocains.

Cette cérémonie a été rehaussée par la présence du vice-président de la république de Côte d’Ivoire, M. Daniel Kablan Duncan, de la ministre de la santé et de l’hygiène publique, Mme. Raymonde Goudou Coffie, du ministre de commerce, de l’artisanat et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, en plus d’ambassadeurs accrédités en Côte d’Ivoire, de présidents d’institutions internationales, des membres de l’ambassade du Maroc et de la communauté marocaine établie en terre ivoirienne, ainsi que d’autres personnalités.

L’un des moments forts de cette réception, a été l’exécution de l’hymne national, suivie de la projection d’un film institutionnel sur le Royaume du Maroc, qui met en avant les différentes réalisations accomplies par le Maroc sur les plans économique, politique, social et diplomatique, notamment le retour triomphal du Royaume à l’UA et l’accord de principe concernant son adhésion à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Dans une allocution de circonstance, l’ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Abdelmalek Kettani, a, d’emblée, mis en avant la charge hautement symbolique que revêt la célébration de la Fête du Trône, occasion pour l’ensemble des Marocains de se réjouir de la paix, de la stabilité et du développement continu que connait le Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi.

Il a, en outre, souligné le caractère exceptionnel de la relation entre le Maroc et la Côte d’Ivoire qui, a-t-il dit, constitue une belle histoire d’amitié et de fraternité, forte et ancienne, qui n’a jamais été démentie au fil des décennies, depuis 1962, lorsque les deux pays ont formellement établi des relations diplomatiques.

Le diplomate marocain a donné un aperçu détaillé sur les visites effectuées par le Souverain en terre ivoirienne et qui ont donné lieu à la signature de plusieurs accords touchant divers domaines, avec comme concrétisation, de multiples projets majeurs publics et privés en passe de devenir des réalités palpables sur le terrain.

M. Kettani s’est réjoui aussi du retour du Maroc au sein de la famille Institutionnelle panafricaine ‘’L’Union africaine’’ qui a marqué en lettres d’or les annales politiques africaines, notant que ce retour est la suite logique d’un long travail diplomatique mené depuis les premières années de l’intronisation du Souverain.

Il a loué le soutien des pays africains frères et amis et l’apport éminemment important de la Côte d’Ivoire à l’adhésion du Maroc à la CEDEAO, notant que sur le plan économique la Côte d’Ivoire est devenue, au cours des dernières années, la première destination des investissements extérieurs du Maroc, et les échanges commerciaux entre les deux pays ont triplé.

M. Kettani a réitéré la volonté commune des deux pays d’améliorer ces échanges davantage en toute conformité avec les recommandations du Groupe d’Impulsion Economique (GIE) Maroc–Côte d’Ivoire.

“Le Maroc et la Côte d’Ivoire sont deux acteurs majeurs en Afrique et deux plaques tournantes économiques régionales et à ce titre, ils constituent des locomotives du développement de la région. Ainsi, l’adhésion définitive du Maroc à la CEDEAO renforcera sans aucun doute la communauté de destin entre nos deux pays’’, s’est-il félicité.

Dans ce sillage, M. Kettani a loué la dynamique que connait la coopération sur le plan religieux, passant en revue une série d’initiatives visant la promotion de l’islam tolérant et du juste milieu avec comme fondement le rite malékite et le dogme Achâarite, notamment la formation au Maroc d’une centaine de jeunes imams ivoiriens annuellement, et la participation d’Ouléma et érudits ivoiriens aux causeries religieuses du mois sacré de Ramadan, entre autres.

Pour sa part, le représentant du gouvernement ivoirien, Jean Claude Brou, ministre de l’industrie et des mines, a fait savoir que la présence à cette cérémonie de responsables ivoiriens, est le témoignage éloquent non seulement des liens exceptionnels d’amitié et de coopération qui unissent le Maroc et la Côte d’Ivoire, mais ceux également de fraternité qui unissent les peuples deux pays.

Ces liens ne cessent de se renforcer depuis Feu SM Hassan II et Feu Félix-Houphouët-Boigny, et aujourd’hui SM le Roi Mohammed VI et le président, Alassane Ouattara s’emploient activement à les raffermir et à les diversifier pour le bénéfice mutuel des populations des deux pays.

‘’SM le Roi Mohammed VI en accédant au Trône en 1999, avait pris la peine mesure à l’immensité de la tâche qui incombait au Souverain, celle de devenir le Guide éclairé d’un peuple, et surtout d’un grand pays que Feu SM Hassan II avait hissé au rang d’une nation moderne’’, a rappelé le ministre, mettant en avant le bilan largement positif du règne de SM le Roi Mohammed VI, tant les acquis sont manifestes et évocateurs à plus d’un titre.

SM le Roi Mohammed VI a pu transformer le Maroc en un vaste chantier, parcourant quotidiennement le pays du Nord au Sud, d’Est à l’Ouest, initiant des projets novateurs et structurants de développement et assurant personnellement leur suivi et leur exécution, a expliqué M. Brou.

Et de faire observer que les réformes politiques engagées par le Souverain sur le chemin de la démocratisation du Royaume sont autant d’initiatives à mettre à l’actif de la sagacité politique de SM le Roi et ont permis au Maroc d’opérer dans un climat de paix et stabilité politique, un développement économique et social sans précédent, et de consolider l’harmonie et la cohésion sociales.

‘’Tous ces acquis font du Maroc un acteur majeur de la consolidation de la stabilité politique dans le monde”, a-t-il dit, notant qu'”aujourd’hui, le Royaume peut se targuer de faire partie du cercle fermé des pays émergents. Il est sans conteste l’un des porte-flambeaux de la stabilité politique et du développement économique et social de l’Afrique”.

‘’Le Maroc, en un mot c’est l’Afrique qui gagne et c’est un pays qui compte tant en Afrique que dans le monde’’, a-t-il enchaîné relevant que les relations du Maroc avec le reste de l’Afrique et avec la Côte d’Ivoire en particulier, n’ont cessé de se consolider et de se diversifier ces dernières années, au rythme des vastes chantiers et des nombreuses visites d’amitié et de travail de SM le Roi Mohammed VI à travers le Continent africain.

M. Brou a fait part aussi de la joie et de l’émotion de son pays d’accueillir le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, notant que c’est avec la même ferveur et même empressement que les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont marqué leur accord de principe à la demande d’adhésion du Royaume à l’instance sous-régionale.

Au sujet de la coopération maroco-ivoirienne, il a rappelé que le partenariat entre les deux pays est dense et riche de ses nombreux accords de coopération dans divers domaines stratégiques et permet d’espérer une intensification des échanges à l’avenir.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire