ban600

Oujda : Lever de rideau sur la 6è édition du Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration

Oujda : Lever de rideau sur la 6è édition du Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration

 La 6è édition du Festival méditerranéen du cinéma et de l’immigration d’Oujda s’est ouverte, mardi soir au Théâtre Mohammed VI, et doit se poursuivre jusqu’au 26 septembre courant.

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation cinématographique, organisée par l’Association solidarité pour le développement et l’immigration, a été marquée par l’hommage rendu à l’artiste Reda Bouchnaq, au réalisateur et acteur Abdelouahed Sanouji, et à l’actrice associative Dalila Mazrouii.
Dans une allocution de circonstance, le président de l’Association solidarité pour le développement et l’immigration, Abdellatif Drifi, a indiqué que ce festival offre l’occasion aux cinéphiles de découvrir de nouveaux films traitant de questions liées à l’immigration.

L’objectif, a-t-il souligné, est de contribuer à la consécration de la culture du cinéma à Oujda et de promouvoir la pratique cinématographique dans cette région.
Les organisateurs ambitionnent aussi de fêter le 7è art à travers cette manifestation culturelle qui, a dit M. Drifi, servira de lieu de rencontres et de discussions entre artistes et intellectuels dans la cité millénaire d’Oujda.

La cérémonie d’ouverture a été clôturée en beauté avec la projection du film égyptien ‘’L’autre rive’’ de son réalisateur Ali Idriss.
Ce long métrage relate l’histoire d’un groupe de jeunes d’un village en Egypte qui voulaient immigrer en Italie à bord d’une embarcation délabrée, mais leur rêve d’atteindre l’autre rive a été brisé par les vagues.

Cette 6ème édition prévoit la projection de 14 films, dont huit longs métrages et six courts métrages représentant le Maroc et d’autres pays méditerranéens.
Les longs métrages programmés sont, outre ’’Al Barr Attani (l’autre rive)’’ du réalisateur égyptien Ali Idriss, ‘’Rihlat Khadija (voyage de Khadija)’’ du réalisateur marocain Tarik El Idrissi, ‘’Hôtel Splendid’’ de l’Italien Mauro bucci, ‘’Ta mère’’ de la réalisatrice franco-marocaine Touria Benzari, et ‘’Les papiers d’amour’’ de Taha Mohamed Ibnsliman (Maroc).

Il s’agit aussi des films ’’Les sauteurs’’ d’Abou Bakar Sidibé (Mali), ‘’Mon pays’’ de Adil Azzab (Maroc) et ‘’Mediterranea’’ de Jonas Carpignano (Italie).
Dans la catégorie des courts métrages marocains, les films retenus sont ’’La mère’’ de Abdelfettah Serrari, ‘’Rêves’’ de ‘’Lakhdar Hamdaoui’’, ‘’Al Mamsouhoune’’ de Hakim Kebbabi, ‘’Trésor’’ de Loubna Ayyad, ‘’Leila’’ de Youssef Ben Kaddour et ’’Le dernier souffle’’ du cinéaste Abdelhafid Aissaoui.
Les films programmés lors de cette édition sont en compétition pour les prix notamment de la meilleure réalisation, meilleur scénario et meilleurs acteur et actrice. Les jurys sont présidés par la productrice algérienne Amina Haddad pour les longs métrages, et l’acteur et réalisateur Driss Roukh pour les courts-métrages.

Outre les projections de films, une rencontre sera organisée à cette occasion sur le thème ‘’L’immigration africaine, réalité et perspectives’’, outre des ateliers animés par l’acteur égyptien Amrou El Kadi, l’artiste marocain Jamal Chairi et le réalisateur marocain Driss Chouika.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire