ban600

Abdelhak Najib signe à Casablanca son premier recueil de poésie « Le pays où les pierres parlent »

Abdelhak Najib signe à Casablanca son premier recueil de poésie « Le pays où les pierres parlent »

 Le poète, écrivain, chroniqueur et journaliste Abdelhak Najib a signé, vendredi à la Villa des Arts de Casablanca, son premier recueil poétique « Le pays où les pierres parlent », paru aux éditions Orion.

« J’ai décidé de me lancer dans la poésie parce que j’estime que j’ai atteint l’âge de la raison et que ma poésie mérite d’être lue », a confié à la MAP Abdelhak Najib lors de la cérémonie de signature de son recueil, indiquant que son recueil, accompagné des peintures et gravures de l’artiste peintre El Houssaine Mimouni, est le fruit d’une réflexion commune entre un poète et un peintre.

« Le pays où les pierres parlent », format moyen (130 pages), est le premier recueil d’une série de cinq qui seront tous accompagnés par des peintures d’artistes marocains, dont Omar Bouregba et Youssef Kehfaâi, a-t-il fait savoir, notant que ces recueils aborderont des thèmes humains connus comme l’amour, la passion, le désir, la création, le partage, le don, la tolérance.

« La poésie est pour moi un nouveau défi, celui de plonger sans retenue dans le monde des émotions et des passions absolues pour célébrer la vie et rendre hommage à l’humain en nous« , a tenu à préciser le poète, expliquant que son approche poétique est nourrie par des influences multiples, puisant dans la mythologie, l’alchimie, la religion et l’Histoire.

Dans la préface, l’artiste El Houssaine Mimouni écrit que ses peintures reproduites « ne sont pas du tout des images pour accompagner des poèmes, pas plus que les poèmes ne sont ici un commentaire pour mes peintures ».

Loin de là, le but est de « créer des passerelles d’une expression à l’autre où le poème va à la rencontre du trait et de la forme alors que les couleurs ont pour but de rehausser la portée du verbe ».

« C’est un va-et-vient d’un langage à l’autre par le signe, la suggestion, les silences, les ombres et la lumière », relève l’artiste peintre.

Natif de Casablanca en 1969, Abdelhak Najib est écrivain, journaliste, critique d’art et de cinéma, chroniqueur et animateur-télé. Il est l’auteur de « Les territoires de Dieu », paru en avril 2015, « Le printemps des feuilles qui tombent » (mars 2016), ainsi que d’une anthologie de la peinture marocaine sur sept volumes intitulée « Ce que m’ont dit les peintres… », édité en mars dernier.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire