ban600

Aherdane, encore et toujours…

Aherdane, encore et toujours…

La salle d’exposition du siège de BMCE Bank à Casablanca, appelée L’Espace, avait abrité une cérémonie peu commune : le vernissage des oeuvres de Mahjoubi Aherdane regroupées sous le thème « Ighmane Essawal »( Couleurs qui parlent en amazighe). Gigantesque fresque de près d’une quarantaine de toiles impressionnantes sur lesquelles l’artiste – eh oui, l’artiste ! – a travaillé depuis des lustres, dont quelques unes exposées rarement voire même pour la première fois. Et c’est bel et bien d’une cohue qu’il fallait parler, accourue découvrir l’autre face de l’homme politique, l’ancien ministre de la Défense du Roi Hassan II, le fondateur du Mouvement populaire ( Haraka ach-châabia), le compagnon de Abdelkrim al-Khatib et l’irrépressible défenseur de la Monarchie marocaine.
Nous sommes dans les années soixante-dix, un visiteur étranger séduit par la peinture de Mahjoubi Aherdan, ne connaissant ce dernier ni d’Eve, ni d’Adam, lui exprime son admiration pour ses travaux de peinture ! Et dans la foulée lui recommande, dans le cas où il aurait une activité de tout abandonner pour ne se consacrer qu’à la peinture ! Et de lui poser la question : « A part la peinture, que vous faîtes –vous dans la vie ?… » ! Mahjoubi Aherdan, pince-sans-rire répond : « …Je suis ministre de la Défense et je ne peux abandonner ma fonction pour me consacrer à la peinture… ». Le propos reflète à vrai dire le personnage ! Au point que l’on peut se demander quelle est la part dominante chez ce personnage qui a dominé la scène politique et artistique avec cette double articulation d’être à la fois un leader populaire, un harangueur hors pair, un patriote comme on n’en fait plus et un artiste de grande valeur. La peinture comme la politique le précèdent, c’est une double force de la nature. Il peint comme il parle, avec spontanéité et , à coup sûr, une sincérité qui ne se dément jamais.
Du haut de ses quatre-vingt quinze ans, sans ride, il est jugé sur la panthéon des leaders emblématiques. Le sourire malicieux, un tantinet amuseur, convaincu et s’efforçant de convaincre les autres, il ne déroge pas à la tradition de parler vrai, la langue de bois dans sa poche, prête à être usitée à des moments précis…Car, comme il nous dit , « la politique, c’est l’art de convaincre par tous les moyens… » ! Entre deux moments d’échange avec un public nombreux et même envahissant , nous lui posons la question de savoir ce que signifie de nos jours à ses yeux la politique ? C’est l’engagement total, rétorque-t-il…Il répond que la « vérité est désormais chez les jeunes … » . Et le vieux briscard de s’extasier à la vue de l’un de ses petits enfants , arrivé dans les bras de ses parents , assister à la signature du livre qui accompagne son exposition, intitulé « Aherdan Ezzayegh » que Othman Benjelloun, président du groupe BMCE Bank et Dr. Laila Benjelloun Mezian, présidente de la Fondation BMCE Bank avaient sponsorisée.
Il y a plusieurs personnes en Aherdan ! Le propos vient de son compagnon d’armes, le Dr. Khatib qui précisait : « Il y a l’artiste et le combattant, ils sont indéfectiblement liés par le ressenti… ». On a dit de lui qu’il était « indomptable » , mais à quoi, contre quoi et qui s’est jamais hasardé à le dompter, lui l’homme , descendus des hauteurs de l’Oulmès, qui a combattu dans les rangs de l’armée française, qui a inscrit sur son fronton la devise de la fidélité au Trône et aux Rois du Maroc…Il ne s’est jamais senti aussi libre et plus libre que lorsqu’il affiche, un brin provocateur souvent, son amazighité et sa fierté d’être un cosmopolite de culture…Sa présence au Mouvement populaire ? Inentamable, irréprochable et , dit-il, « active par les conseils et le dialogue maintenu avec les équipes… » ! Il est à ce titre significatif de constater l’arrivée à la cérémonie de ministres, notamment le ci-devant ministre des sports, Mohamed Ouzine, de cadres du MP qui lui vouent toujours l’admiration céleste et lui doivent beaucoup…Il les a adoubés, ils incarnent à ses yeux la relève au sein du parti, et leur présence au gouvernement actuel constitue à ses yeux une étape, une étape nécessaire, parce que le pays « traverse de graves moments et qu’il est confronté à des manoeuvres de déstabilisation… ». Il a toujours soutenu que le Maroc, c’est le Trône et le peuple…
En dépit de l’âge et peut-être du recul que lui imposent les diverses activités, Mahjoubi Aherdane est demeuré fidèle à son image : un esprit caustique, un coagulateur d’énergies , d’hommes et de projets, celui qui , au pouvoir ou en marge, ne cesse de nourrir le débat politique. On mesure que cet archétype d’homme n’existera pas, que son humour et son franc parler appartiennent à une époque, ne s’interposent jamais…Comme un cavalier assidu, accroché à sa monture, il ne quitte jamais du regard la plaine et les montagnes, éclaireur, veilleur aussi…Comme en politique, il est resté vif et vigilant, armé du bon sens et de la gouaille…Il observe du haut de son panthéon la vie politique et l’agitation qui la caractérise… « Tout ce qui est bien pour mon pays, est bien pour moi…. », nous dit-il…

À propos de l'auteur:

Hassan ALAOUI

Hassan Alaoui est le Directeur de la publication de « Maroc diplomatique » , il a dirigé pendant de longues années la rédaction du quotidien « Maroc Soir » et du « Matin » . Il a été aussi éditorialiste des mêmes titres. Il a collaboré à plusieurs autres titres de presse. Auteur du livre « Guerre secrète au Sahara occidental », il suit et analyse pour nous l’actualité politique, nationale, régionale et internationale.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire