ban600

Les analyses effectuées sur les eaux du barrage Sidi Mohammed Benabdellah n’ont détecté « aucune trace de pollution »

Les analyses effectuées sur les eaux du barrage Sidi Mohammed Benabdellah n’ont détecté « aucune trace de pollution »

Les analyses effectuées sur les eaux provenant du barrage Sidi Mohammed Benabdellah n'ont détecté "aucune trace de pollution", a affirmé, mercredi, le directeur de l'Agence du Bassin Hydraulique de Bouregreg et de la Chaouia, Abdelaziz Zerouali.

S'exprimant lors d'une visite à ce barrage, M. Zerouali a souligné que ces analyses menées par le laboratoire central de contrôle de la qualité des eaux, n'ont relevé l'existence d'"aucune trace de pollution", considérant que le déversement des usées issues des prisons d'Al Arjat 1 et 2 n’a pas d'incidence sur la qualité des eaux du barrage.

Dans ce sens, il a expliqué que le déversement des eaux usées de ces établissements pénitentiaires est estimé à 0,2 million m3, contre une retenue du barrage qui s'élève à 721 millions m3.

"Les répercutions de ce taux de pollution sur la qualité des eaux du barrage sont quasiment nuls", a assuré le directeur de l'Agence, soulignant que l'eau provenant du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah et qui alimente la côte atlantique depuis Salé jusqu'à Casablanca est potable".

Pour M. Zerouali, le traitement des eaux du barrage est conforme aux normes nationales et internationales et aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

Pour étayer son argument, M. Zerouali a fait savoir que le contrôle de la qualité assuré par le laboratoire central fait l'objet d'une accréditation reconnue à l'échelle internationale et repose sur la réalisation d'analyses bactériennes, biologiques, physiques et chimiques.

>> Lire aussi : Mme Afailal rassure à nouveau sur la qualité de l’eau provenant du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah

Il a, par ailleurs, mis en avant l'importance de la réutilisation des eaux usées notamment pour faire face à la diminution des ressources naturelles, et à leur raréfaction sous l'effet des changements climatiques, relevant que ces eaux usées peuvent constituer pour le Maroc une autre alternative d’eau pour des usages variés notamment l’irrigation et les activités industrielles.

Dans ce sens, M. Zerouali a fait savoir que des travaux sont en cours pour mettre en place un Programme national d’assainissement liquide et d’épuration des eaux usées, en passant du modèle du traitement et rejet au modèle traitement et réutilisation. Cette visite s'inscrit dans le cadre de la journée d'information initiée par l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE), en partenariat avec le secrétariat d’État chargé de l'Eau, en vue de permettre aux organes de presse de visiter les installations de production d'eau potable à partir du barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah et de s'informer sur place des étapes de traitement et de production de l’eau potable.

Le programme de cette journée d’information a comporté des visites aux installations de stockage et de production de l’eau potable au niveau de la bande littorale Salé-Casablanca, à la station de traitement des eaux du Bouregreg et au laboratoire central de contrôle de la qualité des eaux.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire