ban600

Anniversaire: Les FAR, une armée de combat et de paix!

Anniversaire: Les FAR, une armée de combat et de paix!

Le Maroc, à travers ses composantes, célèbre ce dimanche 14 mai, le 61ème  anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR). En effet, leur création le 14 mai 1956 par feu S.M. Mohammed V répondait, entre autres, à trois  objectifs essentiels : défendre l’intégrité territoriale, assurer la défense de notre pays et contribuer à l’effort de paix dans le monde, en apportant notre solidarité effective !

Cette triple exigence, assumée dès le départ comme une mission, s’est élargie avec le temps parce qu’au lendemain de l’indépendance, le Maroc était confronté à plusieurs problèmes, dont l’organisation d’une administration moderne et la mise en place d’un système de défense et de sécurisation n’étaient pas les moindres.

Très vite après leur constitution sur les décombres d’une décolonisation encore fraîche, les FAR s’étaient attelées à la tâche et étaient appelées, quelques mois plus tard, à participer à l’édification de la fameuse Route de l’Unité (Tariq al-wahda) qui devait, en fait, désenclaver les régions du Nord, notamment le Rif, et jouer le rôle de pilier d’une unité géopolitique retrouvée malgré la présence coloniale espagnole. On se rappelle encore les images en noir et blanc des longues colonnes d’une armée et de milliers de volontaires qu’elle encadrait, partis sur les montagnes pour contribuer à la construction de cette route qui, autant que la réalisation d’une première infrastructure nationale, constituait d’abord un grand symbole populaire.

Les FAR, une armée de paix et de solidarité

Les tout premiers officiers de cette première époque, appelés déjà à de lourdes responsabilités, se comptaient sur les doigts de la main quand ils n’étaient pas issus des rangs et des écoles de France ou d’Espagne. Plus tard, les académies mises en place, à Meknès, Marrakech ou à Kénitra, formeront et verront sortir des dizaines de promotions, arborant les emblèmes d’une armée qui reste parmi les plus louées dans la région et au monde, et qui, solidarité oblige, encadrera et formera, d’ailleurs, de nombreuses promotions d’officiers africains et arabes.

Armées de métier, très professionnalisées comme on dit, les Forces Armées Royales se sont découvert, au fil du temps, plusieurs vocations, dont certaines missions à caractère social demeurent dominantes.

Déjà, dans les années soixante, tandis que l’Afrique se débattait dans une interminable et parfois sanglante lutte d’indépendance, livrée aux guerres fratricides et à de déchirantes sécessions, des contingents des FAR avaient été expédiés dans le cadre de l’ONU au Congo pour assister le gouvernement légal menacé alors dans son intégrité territoriale.

Ils y étaient restés plusieurs mois, contribuant au maintien de la paix et veillant à la stabilité de ce qu’on appelait le Congo belge qu’une grave partition, suite à l’assassinat de Patrice Lumuba en 1961, menaça terriblement.

Pilier de la Monarchie et de la défense de l’intégrité territoriale du pays

La mission des Forces Armées Royales n’a jamais dérogé à une tradition d’engagement, sécularisée, institutionnalisée, aussi, à savoir constituer le pilier de la Monarchie et la forteresse inexpugnable de défense de l’intégrité territoriale de notre pays.

Cependant, leur mission s’est élargie avec le temps à des actions à caractère civique, à des opérations de développement et d’encadrement social et de lutte contre les catastrophes naturelles, destinée à protéger les populations civiles. Leur action sanitaire en faveur des populations du Maroc ou à l’étranger n’a d’égale que leur efficacité et leur compétence en ce domaine. On en mesure la portée chaque jour, et lors des tournées de S.M. le Roi Mohammed VI en Afrique, que ce soit au Sénégal , en Guinée Equatoriale au Congo ( Brazzaville) et en RDC, les FAR prennent en charge des opérations sanitaires significatives. En février 2006, elles ont installé un hôpital militaire mobile à Brazzaville aux allures non seulement impressionnantes mais qui a pris en charge, plusieurs semaines durant, la population congolaise à laquelle ont été prodigués des examens et des soins en toutes disciplines. On a relevé de visu cet admirable engagement des FAR dans un pays lointain, en pleine «brousse», comme aussi la gratitude des populations locales.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais il est explicite et chargé d’émotion. Pilier de la défense nationale, on a dit, les FAR portent aussi sur leur fronton les valeurs sacrées du Maroc solidaire, celui qui hisse l’amitié et la fraternité comme un emblème suprême. Jugées à cette aune, elles incarnent la modernité et l’ouverture, l’esprit de dévouement et la culture de paix.

Des contingents engagés

Lorsqu’éclata en octobre 1973, ce qu’on avait appelé la troisième guerre israélo-arabe (guerre du Kippour) , feu S.M. Hassan II manifesta immédiatement la solidarité de notre pays avec l’Egypte et la Syrie et expédia dans ce dernier pays fragilisé un important contingent des FAR qui combattit contre les armées israéliennes. Cinq ans plus tard, en avril 1978, une menace de partition du Zaïre (aujourd’hui RDC), – appelée deuxième guerre du Shaba – illustrée par le déclenchement d’une rébellion soutenue dans la province du Katanga par l’Angola et Cuba, avait failli emporter le régime du maréchal Mobutu Sessé Seko et briser l’unité territoriale du pays. Au nom du principe de l’intégrité territoriale et de l’unité africaine, des contingents des FAR ont été déployés dans le cadre de l’ONU pour appuyer l’intervention française et repousser pendant plusieurs mois la rébellion séparatiste à Kolwezi et à Lubumbashi.

Le même esprit et les mêmes objectifs avaient présidé à l’engagement des FAR dans les années quatre-vingt-dix en Somalie, après la destitution du président Siyad Barre en 1991, et l’autoproclamation d’une “République indépendante ” au nord qui avait plongé le pays dans un interminable cauchemar de guerre civile et nécessité l’envoi en 1992 par les Nations unies d’une force militaire multinationale.

Là aussi, les Forces Armées Royales, toujours aux avant-postes, avaient rempli admirablement leur mission de force d’intercession pacifique et consenti plusieurs sacrifices.

Pas moins de quatre années plus tard, en 1996, les Forces Armées Royales étaient appelées sur un autre front, d’autant plus complexe celui-ci qu’il constituait, au cœur des Balkans, un concentré d’amertumes et de ressentiments tardifs intereuropéens : la Bosnie-Herzégovine, éclatée, pilonnée par les coups de boutoir des forces serbes de Milosevic et Karadzic que le vertige identitaire avait poussées dans une haine extrême pour imaginer qu’elles allaient facilement en découdre avec les populations musulmanes et leur infliger l’un des pires génocides que l’Histoire ait jamais connus…

De Sarajevo à Mostar, en passant, en plein hiver de 1996, par le fameux mont enneigé d’Igman, les FAR, arborant les emblèmes de l’IFOR des Nations unies, auréolées d’une réputation prestigieuse, placées directement sous le commandement de l’OTAN , avaient honorablement contribué à repousser les agressions serbes et à protéger les populations musulmanes déchirées de la Bosnie-Herzégovine. Même processus marqué par les violences serbes contre les Musulmans du Kosovo, en majorité albanais, et même engagement solidaire de l’ONU et des FAR pour les protéger et maintenir la stabilité.

Les FAR: emblème d’abnégation et d’engagement international

Cependant, là ou ailleurs, c’était l’image du Maroc tout entier et son engagement de défenseur de la solidarité musulmane que les peuples, de Sarajevo à Metrovica, saluent encore avec une admiration soutenue. On ne saurait passer sous silence également la présence active, fraternelle et décisive d’importants contingents de notre armée en Côte d’Ivoire qu’une guerre fratricide n’avait cessé de menacer ces dernières années, notamment après la disparition du président Houphouët Boigny, ensuite en République démocratique du Congo ( RDC) à laquelle une longue amitié nous lie et jusque dans la lointaine Haïti, réduite à une enclave par la guerre civile et où, devoir de solidarité internationale exige, nos soldats sont intervenus aux côtés de leurs homologues espagnols dans un esprit d’abnégation au nom de l’unité et de la paix. Dans l’est de la République démocratique du Congo, dans ce Kivu hostile les FAR sont cantonnées pour contribuer au maintien de la paix dans le cadre de la MONUC, mobilisées aussi au nom de la solidarité africaine. En Centrafrique, État déstabilisé par les coups de boutoir de milices armées de l’étranger, nos soldats sont victimes d’agressions ciblées et pourtant accomplissent vaille que vaille leur mission.

Comme un fil conducteur, l’engagement international des Forces Armées Royales sur les multiples théâtres d’opération n’est pas une clause de style ou un effet de manche dicté par les circonstances. Mais une constance inhérente à notre tradition militaire, à notre civilisation et au génie de nos Souverains, de feu S.M. Mohammed V à Sa Majesté le Roi Mohammed VI en passant par feu S.M. Hassan II, qui ont entouré la famille des FAR de leur sollicitude. Pilier essentiel de la défense de notre intégrité territoriale, armée de métier modernisée, acteur majeur de notre vie politique, sociale et culturelle, les FAR sont la vitrine du Maroc.

Les FAR: fierté du Royaume

Elles ont joué un rôle prédominant dans l’encadrement et l’organisation de la Marche Verte, et aussitôt celle-ci conduite à son terme avec le succès que l’on sait, les FAR ont continué à assurer la sécurité de nos provinces du Sud, tout en évoluant dans un contexte international où les nouvelles technologies, la nouvelle conception de défense et de gestion, les innovations incessantes qu’elles ont acquises leur permettent de franchir chaque jour les frontières nouvelles du savoir et de la connaissance.

Il convient de souligner dans cet esprit que S.M. le Roi Mohammed VI, Chef suprême des FAR, inscrit en effet tout en haut l’exigence de modernisation et de mise à jour technologique et intellectuelle des FAR. C’est si vrai qu’un organisme comme l’OTAN (Organisation des pays de l’Atlantique Nord), les armées homologues des Etats-Unis ou de l’Europe tiennent régulièrement à louer les prouesses et le savoir-faire de nos forces armées et organisent aussi des exercices conjoints de formation et de mise à jour.

Non sans fierté, au regard de ces soixante et une dernières années, nous contemplons cette immense fresque aux couleurs nationales évoluer et traverser les décades et l’espace rétréci de la planète, arborant la devise de fidélité et d’attachement au Trône sacré, au service du peuple et de la nation. Nous tressaillons à chaque fois de grande émotion quand on saisit au vol cette image de nos soldats, bardas sur le dos, descendre en colonnes rangées des gros aéroporteurs Hercules 130 (appelés Loumima avec affection par nos soldats) pour enjamber indistinctement les continents et les pays, l’idéal du devoir affiché sur leur fronton, traverser ensuite au pas de charge les tarmacs d’Afrique, d’Europe ou des Caraïbes, remplir enfin la mission que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui demeure leur inégalable protecteur, leur assigne : la protection du pays, la contribution la plus large à certaines missions sociales et civiques et la solidarité avec les autres peuples du monde. Malgré le temps et les épreuves qui changent, nous restons fidèles à nous-mêmes !

À propos de l'auteur:

Hassan ALAOUI

Hassan Alaoui est le Directeur de la publication de « Maroc diplomatique » , il a dirigé pendant de longues années la rédaction du quotidien « Maroc Soir » et du « Matin » . Il a été aussi éditorialiste des mêmes titres. Il a collaboré à plusieurs autres titres de presse. Auteur du livre « Guerre secrète au Sahara occidental », il suit et analyse pour nous l’actualité politique, nationale, régionale et internationale.

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire