ban600

Appel à Dakar à un dialogue régional autour de la demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO

Appel à Dakar à un dialogue régional autour de la demande d’adhésion du Maroc à la CEDEAO

L’Institut Amadeus et le think tank sénégalais "Initiative Prospective Agricole et Rurale" (IPAR) ont appelé, vendredi à Dakar, au lancement d’un dialogue régional autour de la demande d'adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Dans une déclaration conjointe sanctionnant les travaux de la conférence, tenue la veille dans la capitale sénégalaise sous le thème "Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Fondements, enjeux et perspectives communes", les deux think tank ont plaidé pour un dialogue régional dans les différents pays membres de la CEDEAO entre toutes les parties prenantes: Etat, société civile, secteur privé et recherche.

"Cela, afin de répondre aux interrogations des populations sur l’impact de l'adhésion du Maroc à la communauté et de proposer ensemble des mesures d'accompagnement de cette démarche pour un élargissement gagnant-gagnant profondément ancré dans le désir de complémentarité", poursuit la même source.

Notant que la conférence de Dakar a été l’occasion d’un dialogue franc et serein engageant les différentes parties prenantes du Sénégal et du Maroc, l’Institut Amadeus et l’IPAR se sont félicités des débats contradictoires d’une grande richesse qui ont pu avoir lieu entre des responsables politiques, associations de consommateurs, syndicats, représentants de la société civile et du secteur privé et centres de recherche sénégalais et marocains.

>>Lire aussi: ZLECA : les pays de la CEDEAO doivent s’ouvrir à tout autre Etat du continent

En effet, note le texte, les échanges ont exploré, sans complaisances, l’impact politique, social, économique mais aussi sécuritaire anticipé, engendré par la perspective d’une adhésion marocaine à la CEDEAO, relevant que tout en reconnaissant la légitimité de la demande du Royaume, la conférence estime que celle-ci pose néanmoins une série de questions importantes et suppose la mise en place préalable de mesures d’accompagnement.

Les participants regrettent que la démarche se soit limitée au processus de demande formelle auprès des chefs d’Etats et estime que la rapidité avec laquelle l’accord de principe a été donné au Sommet de Monrovia n’a pas laissé assez de place à un débat permettant de comprendre les intentions, la vision et les apports d’une adhésion marocaine à la CEDEAO, lit-on dans la déclaration conjointe.

Par ailleurs, l’Institut Amadeus et l’IPAR ont annoncé la création d’un comité paritaire maroco-sénégalais de veille et de réflexion sur les négociations portant sur l’adhésion du Maroc à la CEDEAO dont ils assureront le secrétariat permanent.

>>Lire aussi: Annonce à Dakar de la création d’un comité conjoint paritaire sénégalo-marocain, pour le suivi du processus d’adhésion du Maroc à la CEDEAO

Le comité rassemblera une expertise nécessaire pour guider, renseigner et contribuer à la meilleure connaissance des effets d’une adhésion du Maroc à l’institution commune tant sur le plan économique, social que sécuritaire et soumettra idées et propositions susceptibles de conforter une démarche co-construite, agissante et solidaire au service de l’agenda régional de développement et de stabilité, conclut le document.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire