ban600
ban600

Le coaching, mode ou besoin des temps modernes ?

Le coaching, mode ou besoin des temps modernes ?

Dossier du mois

Le coaching, besoin des temps modernes

Salwa ABOURIZK , Coach certifié Pro, Coach certifié en Process-communication, Consultante, Formatrice, Médiatrice agréée par le centre Euro- méditerranéen de médiation et d’arbitrage

 Le Coaching est l’accom­pagnement d’une per­sonne (ou d’un groupe de personnes) en vue de l’aider (ou de les aider) à atteindre des ob­jectifs spécifiques, mesurables, ambitieux, réalisables et tem­porellement définis ( tels que le développement des compé­tences, l’amélioration de ses per­formances, l’aide à une prise déci­sionnelle, l’accompagnement lors d’une conduite de changement, l’accompagnement pour effectuer des deuils, l’aide à la gestion des émotions , à la gestion du stress, à la gestion du temps , l’accom­pagnement pour optimiser la co­hésion des équipes, etc… C’est un accompagnement qui ne se li­mite pas aux sphères profession­nelles mais s’étend également aux sphères privées (Coaching sportif, Life Coaching, Coaching Fami­lial, Coaching Parental, Coaching pour un relooking physique, es­thétique et vestimentaire, etc…).

Mode ou besoin des temps modernes ?

Nous pouvons affirmer que c’est une tendance qui répond d’une manière moderne à un be­soin existant pour aider des indi­vidus ou groupes d’individus à apprendre, à grandir, à s’épanouir, à devenir performants dans un monde en perpétuelle évolution.

D’ailleurs, parmi les objectifs du coaching et particulièrement, du développement personnel c’est d’aider les personnes à dé­velopper l’estime de soi et leur confiance en elles-mêmes, de mieux gérer leurs émotions, de mieux gérer leur temps, de lutter contre la procrastination, et éga­lement de mieux gérer le stress en plus de les aider à atteindre leurs buts personnels et professionnels.

Lorsque l’accompagnement se fait par un professionnel expé­rimenté, le client coaché arrive, au bout de quelques séances d’ac­compagnement, à mieux définir ses priorités, à raisonner dans l’ici et le maintenant, à effectuer des deuils et surtout à optimiser son temps et mieux exploiter ses ressources inexploitées. Ceci l’aide, inévitablement, à élargir son champ visuel, à nettoyer les verres de ses lunettes, à déblayer son terrain truffé de faux pro­blèmes. C’est une étape incon­tournable et bénéfique pour mieux gérer son stress.

Le Coaching propose, dans ce sens, des techniques assez effi­caces afin d’aider les coachés à lutter contre ce mal du siècle.

Nous citons à titre d’exemple : la définition de ses besoins psy­chologiques et leur satisfaction, les techniques de respiration, la méditation, la visualisation posi­tive, l’autosuggestion, la bonne structuration du temps et l’établis­sement de la matrice des priorités, la pratique du sport, etc…

Par ailleurs, le coaching ne fait que suggérer, mais les plus grands efforts sont à déployer par la per­sonne coachée afin qu’elle réalise ses objectifs.

Dans un monde de plus en plus exigeant, qui bouge à une vitesse vertigineuse, le recours au coaching devient parfois in­contournable pour optimiser les ressources personnelles afin d’at­teindre des objectifs précis.

Etre coaché aide à manager

On assiste au développement de cette discipline au sein de l’entre­prise. En effet, les managers bé­néficient du coaching car ils sont « les courroies de transmission » entre la direction et les employés. Ils ont besoin de déployer toutes leurs ressources intérieures exploi­tées ou encore inexploitées pour réussir parfaitement leur mission.

Cependant, on ne peut pas se prétendre bon manager si on ne sait pas communiquer avec ses équipes , si les besoins des em­ployés sont ignorés , si ces der­niers sont considérés comme des bêtes de somme et ne sont pas écoutés ni motivés pour réaliser leurs missions.

Manager devient donc une pos­ture d’écoute, d’ouverture dans le but d’optimiser le rendement des équipes. A cette fin, le coaching agira sur deux volets : d’un côté, enrichir les ressources du mana­ger, améliorer son intelligence situationnelle et développer les compétences relationnelles. De l’autre, enrichir les ressources des employés, écouter leurs besoins, améliorer leur rendement, leur favoriser un climat sain d’épa­nouissement et de réalisation des objectifs préalablement fixés.

Le coaching aidera donc diri­geants et employés à développer un savoir-faire, un savoir-être, un savoir-communiquer, un sa­voir-transmettre en déployant une intelligence émotionnelle, des compétences relationnelles, une communication non violente …etc… dans le cadre de la structure entrepreneuriale.

Toutefois, il faut bien préciser qu’en aucun moment le coaching ne peut concurrencer ni la psy­chanalyse, ni la psychothérapie, ni la psychiatrie étant donné que les champs d’action de ces disci­plines sont différents.

Aussi un Coach répondant à la notion d’éthique et de déontolo­gie de la profession doit-il savoir, parfois, détecter les cas qui ne relèvent pas de ses compétences et les diriger vers les spécialistes compétents.

Force est de constater que nous avons assisté, depuis une dizaine d’années, à la naissance de quelques associations en vue de veiller à la bonne pratique du métier de coach dans le respect des principes d’éthique, de déon­tologie et de tarification. Cepen­dant, tous les coachs ne sont pas membres de ces associations. De plus, plusieurs écoles délivrent des certificats de coaching au bout de quelques modules de formation. Ce qui ne place pas tous les coachs sur le même pied d’égalité. Cer­taines écoles sont plus crédibles que d’autres et certains certificats sont reconnus en Europe, au Cana­da et au Maroc tandis que d’autres n’ont aucune légitimité.

La nécessité d’une règlemen­tation qui régit la profession est donc nécessaire et urgente pour que le métier de coach reste noble et efficace.

Enjeux et limites du coaching

Le coaching répond à de nom­breux enjeux notamment : aider le coaché à développer son es­time de soi, sa confiance en soi, à mieux gérer son stress, ses émo­tions et son temps et à mieux maî­triser la prise de parole en public, l’aider à surmonter une difficulté ou un blocage, l’aider à mieux gérer des situations conflictuelles aussi bien sur le plan personnel que sur le plan professionnel, ai­der le coaché à être opérationnel dans un nouveau poste, mobili­ser ses ressources pour atteindre des objectifs à fort enjeu, aider le client à s’adapter à un nou­veau contexte professionnel ou personnel (conduite de chan­gement, deuils …etc), l’aider à déployer son potentiel en levant les freins internes et en dépassant les pensées archaïques, l’aider à casser les scénarios d’échecs et à ne plus les reproduire, aider le client à réussir son intégration dans une nouvelle équipe ou une nouvelle structure, aider le coaché à atteindre un niveau de perfor­mance, aider le client à prendre des décisions importantes, l’ai­der à mieux collaborer, à mieux communiquer avec ses équipes, avec la hiérarchie, avec ses col­laborateurs, avec ses partenaires …etc…

Toutefois, le coaching a des li­mites que nous pouvons résumer ainsi : le coach n’apporte pas de réponse : son savoir-faire consiste à poser les bonnes questions et de façon puissante et adaptée au contexte, à donner au coaché le « coup de pouce » qui l’aidera à changer, à utiliser certains outils pour y arriver, mais c’est le coa­ché qui travaille sur lui-même, en acceptant de s’interroger à partir des questions posées, en recons­idérant ses points de vue sur lui-même, les autres ou la situation, à partir de nouveaux éclairages sur certaines zones d’ombre, propo­sés par le coach. Celui-ci a une obligation de moyens, c’est-à-dire qu’il doit faire de son mieux avec toutes ses compétences, de venir à toutes les séances de coa­ching programmées, d’utiliser son savoir-faire, ses cadres de référence pour avancer tels que la process-communication, la PNL, la gestalt, la systémie …etc…. Mais il n’a, en aucun cas, l’obli­gation du résultat car la décision de changer appartient, en dernier ressort, au coaché. Parlons aus­si de déontologie : la majorité des coachs au Maroc s’appuient sur le code déontologique de la société française de coaching. L’association Maroc Coaching s’en est inspirée pour aider ses membres à avoir un cadre bien structuré pour l’exercice de ce métier.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire