ban600

Eau potable: La stratégie de l’ONEE vise à couvrir toutes les provinces

Eau potable: La stratégie de l’ONEE vise à couvrir toutes les provinces

Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri a souligné, mardi à Rabat, que la stratégie de l’Office (branche eau) vise à couvrir toutes les provinces du Royaume par des plans directeurs provinciaux, avec une vision intégrée englobant les milieux urbain et rural pour la conception de projets structurants.

M. Fassi Fihri a indiqué, lors d’une réunion de la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, que cette stratégie repose sur la mise en place d’études et de recherches sur le financement nécessaire et la réalisation de projets structurants, basés sur des ressources en eau adéquates et de qualité, conformément aux normes internationales, ainsi que le développement de modèles de gouvernance adaptés à la durabilité du service d’approvisionnement en eau potable, tenant compte des spécificités du milieu rural et une approche participative avec tous les acteurs pour la réalisation du projet (le Secrétariat d’État chargé de l’Eau, le ministère de l’Intérieur, les collectivités territoriales et l’INDH).

Il a mis en avant les contraintes entravant le programme d’accès généralisé à l’eau potable, notamment la pénurie des ressources en eaux souterraines dans certaines régions, faisant recours à l’eau de surface, traitée et drainée à travers des stations de pompage, ce qui nécessite plus de temps et de coûts.

Il a fait savoir que les provinces à faible taux d’approvisionnement se caractérisent par la difficulté d’accès (enclavement), ce qui rend le coût des projets faramineux, supérieur à 6.000 Dh par habitant, tenant compte du coût des projets à partir des points d’eau ne dépassant pas 1.000 Dh par habitant, outre les problèmes relatifs à l’expropriation des terres.

Il a rappelé que l’Office a signé un contrat-programme avec l’État, pour la période 2014-2017, en mai 2014, avec un taux d’investissement de l’ordre de 4MMDH, ajoutant que le taux d’approvisionnement en eau a augmenté de 94% à 96,5%. De même, l’Office intervient à travers 80 centres, dont la population bénéficiaires est estimée à 330.000 habitants.

Il a également noté que dans le cadre d’un programme de généralisation de l’eau potable dans le monde rural, l’Office a poursuivi l’exécution de nouveaux projets susceptibles d’améliorer l’approvisionnement, portant sur le programme 2017, visant à poursuivre les efforts au niveau des provinces dont le taux d’approvisionnement est inférieur à la moyenne nationale.

En vue de réaliser cet objectif, l’Office a programmé des investissements de l’ordre 1MMDH en 2017, visant à augmenter le taux d’approvisionnement en eau potable dans le milieu rural à 96,5%. L’Office interviendra également à travers 20 nouveaux centres pour la gestion de l’eau potable au profit d’une population estimée à 107.000 habitants. Ce programme comprend le plan 2018-2021 avec un investissement total d’environ 3,6 MMDH.

M. Fihri a rappelé, dans ce sens, qu’il a été procédé à la mise en place des systèmes de gestion pour une durabilité des installations hydriques, portant sur le recours à des gardiens responsables des fontaines publiques et des associations locales et des petites entreprises pour la gestion de certains réseaux de distribution.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire