ban600

Gnaoua festival tour 2017 : De grands Maâlems enflamment la mythique salle du Bataclan à Paris

Gnaoua festival tour 2017 : De grands Maâlems enflamment la mythique salle du Bataclan à Paris

De grands Maâlems ont enflammé, lundi soir, la mythique salle parisienne du Bataclan, lors d’un concert grandiose organisé en clôture de la tournée internationale du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira « Gnaoua festival tour 2017 ».

Lors de ce concert haut en couleurs et devant une salle archi comble, les Maâlems Mustapha Baqbou et Hassan Boussou ont réussi avec brio à faire vibrer un public européen venu découvrir un pan important du patrimoine culturel marocain, mais également des Marocains qui ont fait le déplacement pour partager ces moments forts en émotions.

Ce spectacle inédit, organisé dans le cadre de la célébration du 20-ème anniversaire du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira, a été aussi marqué par un mélange harmonieux entre différents styles de musique avec la participation des artistes Hindi Zahra, Tony Allen, Titi Robin, Mehdi Nassouli et Karim Ziad.

Les Maâlems ont ainsi démontré leur talent et leur capacité à orchestrer des fusions avec différents genres musicaux dont les évasions berbères de Zahra Hindi, le jazz et les musiques populaires traditionnelles grâce au virtuose de la batterie Karim Ziad, les cultures gitanes et orientales développées par le musicien multiculturel Titi Robin et la musique africaine avec le roi de l’afro beat Tony Allen.

S’exprimant à l’ouverture de ce concert, Neila Tazi, productrice du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira a insisté sur les messages de solidarité et de fraternité défendus par le festival, notant que cette soirée exceptionnelle s’inscrit dans cet esprit et se veut aussi un hommage aux victimes de l’attaque terroriste perpétrée le 13 novembre 2015 dans cette salle parisienne.

Le Bataclan est un lieu mythique, un lieu blessé, un lieu qui a connu des atrocités comme beaucoup d’autres lieux dans le monde, a-t-elle ajouté, relevant que le festival s’acharne depuis 20 ans à passer un message de fraternité et de solidarité, de communion des cultures et des religions à travers notamment des fusions entre Gnaouas et musiciens du monde entier.

Pour sa part, André Azoulay, conseiller de SM le Roi et président de l’association « Essaouira-Mogador », a affirmé que ce concert est un grand moment pour le Maroc et pour « tous ceux qui ont porté le plus haut cette partie de nous-mêmes qui sont les Gnaouis ».

« Il y a 20 ans, sur les rivages d’Essaouira que cette belle aventure a commencé, elle est aujourd’hui au Bataclan et chacun sait ce que ça représente pour nous tous à la fois les amoureux de la musique et tous ceux qui ont su être à l’écoute de tous les autres dans une culture qui est celle de l’altérité, de la convivialité, de la modernité », a-t-il dit, ajoutant que ce soir, ce sont « les Gnaouas qui disent à tous les autres ce Maroc de mars 2017 qui exprime la résilience, la résistance par la culture et par la musique à tous ceux qui veulent aujourd’hui nous entraîner dans une culture de la fracture et du déni ».

« Le Maroc ce soir à Paris dit sa capacité d’être une terre de toutes les sensibilités, de toutes les histoires, de toutes les rencontres et d’écoute de l’Autre que les Gnaouas ont su dire avec talent », a conclu M. Azoulay. Le Maâlem Baqbou a, quant à lui, exprimé sa fierté de se produire au Bataclan, notant que ce concert se veut un hommage à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste survenue en 2015 dans cette salle.

Il a aussi insisté sur le rôle de la musique et plus particulièrement Gnaouie pour faire face à ce genre de drames, notant que ce concert est marqué par des nouvelles fusions.

Karim Ziad a , de son côté, indiqué qu’il s’agit de la première édition du festival d’Essaouira en tournée, relevant que cette tournée vise à présenter la musique Gnaoua à travers le Monde.

Il a, à cet égard, formé le vœu de pouvoir visiter d’autres villes du monde à l’occasion d’autres tournées à programmer, mettant l’accent sur l’importance de se produire dans un lieu mythique comme le Bataclan.

A noter que la 20-ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira prévue, du 29 juin au 1er juillet 2017, sera l’occasion de célébrer 20 ans de créations musicales exceptionnelles, de magie, de fusions et d’ouverture sur les musiques du monde.

Cette manifestation a réussi au fil des éditions à devenir l’un des plus grands festivals de musiques du Monde, un rendez-vous culturel incontournable au Maroc, en Afrique et dans la région méditerranéenne.

La tournée internationale du festival « Gnaoua festival tour 2017 » qui avait fait escale auparavant à New York et à Washington vise à faire découvrir ce patrimoine culturel marocain à l’international et faire rayonner davantage la culture marocaine et africaine.

Cette tournée internationale est également une preuve de l’engagement constant des producteurs du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira pour la promotion et la valorisation de l’art gnaoui, en permettant notamment aux Maâlems de se produire sur des scènes prestigieuses, parfois mythiques et d’aller à la rencontre des médias et du public européen et américain.

Ce concert s’est déroulé en présence de plusieurs personnalités marocaines et françaises dont la ministre française de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, l’ambassadeur, déléguée permanente du Royaume du Maroc auprès de l’UNESCO, Zohour Alaoui et Serge Berdugo, secrétaire général du conseil des communautés israélites du Maroc.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire