ban600

Hassan Bargach, nouveau président du CRT de Rabat-Salé-Kénitra

Hassan Bargach, nouveau président du CRT de Rabat-Salé-Kénitra

L’assemblée générale du Conseil régional du Tourisme (CRT) de Rabat-Salé-Kénitra a élu, jeudi à Rabat, Hassan Bargach, nouveau président du conseil.

L’assemblée, qui s’est tenue en présence du Wali de la région de Rabat-Salé-Kénitra, gouverneur de la préfecture de Rabat, Mohamed Mhidia, a élu à l’unanimité M. Bargach à la tête du CRT et procédé également à l’adoption des rapports moral et financier.

Le nouveau président du Conseil a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que « la région Rabat-Salé-Kénitra doit être positionnée comme une destination touristique phare dans le Royaume », insistant sur la nécessité d’impliquer l’ensemble des partenaires régionaux autour de ce projet.

« Ces ambitions sont réalistes et légitimes eu égard au fort potentiel dont dispose la région et qui demeure très peu connu au niveau international », a souligné M. Bargach, ajoutant que « le grand défi est de permettre à la région d’être dans les radars des tours opérateurs internationaux et de développer la notoriété de la ville de Rabat, à travers les réseaux sociaux et l’ensemble des outils de communication ».

M. Bargach a ajouté que la région doit profiter de la proximité des capitales européennes, dont Paris, Madrid et Londres, pour drainer plus de touristes européens, tout en ciblant d’autres marchés comme la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique.

Après l’adoption des rapports moral et financier par les membres du CRT, le nouveau président a affiché, dans une allocution circonstance, les ambitions du Conseil, en présentant une première esquisse d’un plan d’action pour positionner la région Rabat-Salé-Kénitra comme destination touristique, conformément à une approche consensuelle, avec le soutien des élus locaux.

Par ailleurs, le nouveau directeur a mis en exergue les atouts touristiques de la ville de Rabat, notamment d’excellentes infrastructures, une bonne accessibilité nationale, un climat tempéré toute l’année, un patrimoine culturel et naturel authentique riche et diversifié.

Il a toutefois relevé certaines faiblesses au niveau de la région, notamment une capacité hôtelières très limitée, un littoral délaissé, un patrimoine culturel peu valorisé et un marketing quasi inexistant de la destination. Le directeur ambitionne de faire émerger la ville de Rabat comme destination « City Break », qui est une nouvelle tendance du tourisme de courte durée, et de la doter d’une marque comme la ville de Casablanca.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire