ban600

Hommage posthume à l’un des meilleurs ambassadeurs du cinéma marocain

Hommage posthume à l’un des meilleurs ambassadeurs du cinéma marocain

Festival international du film du Caire

 

Funérailles à Casablanca de feu Mustapha Mesnaoui
Funérailles à Casablanca de feu Mustapha Mesnaoui

Alors qu’il prenait part à la 37ème édition du Festival international du film du Caire, l’écrivain et grand critique cinématographique du monde arabe, Mustapha Mesnaoui était à mille lieues d’imaginer qu’on lui y rendrait un hommage posthume des plus émouvants, ce jeudi 19 novembre, à l’initiative de la Fondation du Festival.

En effet, la grande faucheuse était au rendez-vous, ce mardi 17 novembre, dans la capitale égyptienne, terre des arts et des Pharaons, où feu Mesnaoui, artiste dans l’âme a rendu l’âme d’une mort douce et royale pour quelqu’un qui a toujours aimé l’Egypte et sa civilisation. Une crise cardiaque est venue éteindre son dernier souffle alors qu’il accomplissait son devoir professionnel.

Mustapha Mesnaoui photoUne brochette d’écrivains, de critiques cinématographiques, de réalisateurs, de comédiens, d’hommes de médias et d’autres personnalités ont assisté à la cérémonie où l’émotion était intense surtout à l’annonce du discours de Majda Wassef, Présidente du Festival, qui a souligné que celui-ci avait perdu un grand ami qui s’est toujours dévoué pour le septième art dont il était l’un des piliers majeurs. Des témoignages plus secouants les uns que les autres ont ponctué la cérémonie mettant en exergue les valeurs autant humaines que professionnelles de feu Mustapha Mesnaoui.

De son côté, l’ambassadeur du Maroc en Egypte et délégué permanent du Royaume auprès de la Ligue arabe, Mohamed Sâad El Alami, a remercié le Festival pour cette attention particulière qui souligne les liens d’amitié et de fraternité ayant de tout temps existé entre les deux pays. L’ambassadeur a passé en revue de grands pans du parcours riche et diversifié du défunt et son passage d’écrivain de contes, avant d’intégrer le domaine cinématographique à travers les ciné-clubs durant les années 70, en passant par l’écriture littéraire et la critique du cinéma.

Pour sa part, le conseiller du ministre égyptien de la Culture, Khaled Abdeljalil, a présenté ses condoléances les plus attristées au département égyptien de la culture, relevant que le décès de Mustapha Mesnaoui est une perte pour les cultures marocaine et égyptienne.

De l’autre côté de la rive et au même moment presque, après la prière d’Al Asr, le cimetière Arrahma de Casablanca, accueillait, dans une atmosphère d’affliction et de recueillement solennel, la dépouille du grand critique cinématographique, arrivée jeudi après-midi à l’aéroport international Mohammed V, en présence d’une foule importante, notamment des membres de sa famille, de plusieurs personnalités et du ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi qui, dans une oraison funèbre a déploré la perte d’un grand homme intègre : « C’était un homme patriote et nationaliste qui n’a eu de cesse de défendre les nobles valeurs, l’identité et la culture de son pays, le Maroc », a indiqué le ministre.

Puisse Dieu accueillir le défunt en sa sainte Miséricorde.

Par Souad Mekkaoui

À propos de l'auteur:

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles qui peuvent vous intéresser

1 Comment

Laissez un commentaire