ban600

Les Etats-Unis assurent avoir la « preuve » que le régime syrien a mené l’attaque chimique de Douma

Les Etats-Unis assurent avoir la « preuve » que le régime syrien a mené l’attaque chimique de Douma

Les Etats-Unis ont « la preuve » que le régime syrien avait utilisé des armes chimiques contre sa population près de Damas, a affirmé la porte-parole du Département d’Etat Heather Nauert. 

« L’attaque a eu lieu samedi et nous savons avec certitude qu’il s’agissait d’une arme chimique », a déclaré Mme Nauert lors de son point de presse régulier. Le président américain s’est entretenu à ce sujet avec son homologue français Emmanuel Macron, et des concertations entre conseillers militaires se sont tenues vendredi en fin de journée à la Maison Blanche, souligne-t-on.

Pressée par les journalistes qui lui demandaient si on pouvait dire que les Etats-Unis avaient la preuve que le régime d’Assad avait mené l’attaque, la porte-parole a répondu: « Oui ». Cette affirmation des Etats-Unis apporte une justification supplémentaire à d’éventuelles frappes des Etats-Unis, soutenus par les alliés français et britanniques.

>>Lire aussi: Trump avertit la Russie : « les missiles vont arriver » en Syrie

Tout en se disant convaincus de la responsabilité du régime de Bachar al-Assad dans l’attaque qui a fait plus de 40 morts samedi à Douma, les Occidentaux ont semblé temporiser ces dernières heures face aux craintes d’une « escalade militaire totale » en Syrie, selon les termes du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. M. Guterres s’est inquiété « des tensions de plus en plus vives ».

« L’incapacité à trouver un compromis pour établir un mécanisme d’enquête menace de conduire à une escalade militaire totale », a-t-il averti, appelant les membres du Conseil de sécurité « à agir de manière responsable dans ces circonstances dangereuses ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a aussi mis en garde contre une hausse de la pression migratoire sur l’Europe consécutive à d’éventuelles frappes occidentales et à une possible extension du conflit syrien. De son côté, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui doit se réunir lundi, a annoncé que ses experts étaient en route pour la Syrie et commenceraient leur travail samedi. 

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire