ban600

L’expérience marocaine de préservation de l’environnement présentée à l’Université Technologique de Panama

L’expérience marocaine de préservation de l’environnement présentée à l’Université Technologique de Panama

L’ambassadeur du Maroc au Panama, Mme Oumama Aouad, a mis en exergue les acquis du Maroc dans le domaine de l’environnement, grâce à la volonté et la vision royales qui ont fait de la préservation de l’environnement une priorité nationale, au même titre que la croissance économique et le développement humain.

S’exprimant lors d’une conférence sur « les Politiques publiques visant à préserver l’environnement », organisée cette semaine à l’Université Technologique de Panama (UTP), la diplomate marocaine a rappelé que sans préservation de l’environnement, il ne peut y avoir de développement durable. Et pour assurer cette durabilité de son développement, a-t-elle poursuivi, le Royaume a choisi de mettre en place une économie verte sur la base de ses ressources naturelles qui constituent des énergies à la fois propres et renouvelables.

Mme Aouad a rappelé que ce choix avant-gardiste pour les énergies renouvelables, que ce soit éolienne et photovoltaïque, permet au Maroc de relever le défi de sa transition énergétique, réduisant ainsi sa dépendance énergétique, relevant que grâce aux stations solaires NOOR I et NOOR II, le Royaume est en passe d’assurer en 2030 plus de la moitié de sa consommation d’énergie à partir de sources renouvelables.  Elle a donné comme autre exemple de cette politique publique, l’interdiction de production, de commercialisation et d’usage de sacs en plastique, vu leur impact négatif sur l’environnement et leur grande nuisance à court, moyen et long termes.

Quant au rôle distingué joué par le Maroc sur la scène internationale, dans la préservation du patrimoine écologique et la lutte contre le réchauffement climatique, il a été illustré par notre participation active aux différentes COP, comme en témoigne l’hébergement des deux COP en 2001 et en 2016 à Marrakech, et notre adhésion à l’Accord de Paris, a souligné Mme l’ambassadeur. Et d’ajouter que cet engagement est marqué par une plus grande solidarité vis-à-vis des pays du sud, notamment d’Afrique, plus exposés aux méfaits du changement climatique.

>>Lire aussi : La culture environnementale a progressé dans les pratiques des citoyens durant la dernière décennie

Au terme de la conférence, un débat a eu lieu avec les étudiants qui ont exprimé leur grand intérêt de prendre connaissance des efforts du Maroc pour la préservation de son environnement, notamment dans le domaine des énergies renouvelables, surtout que le Panama qui vient d’instaurer une loi d’interdiction, en janvier dernier, des sacs en plastiques souhaite s’inspirer de l’expérience marocaine réussie.

Cette conférence, qui s’inscrit dans le cadre de la célébration du Mois de la Francophonie, s’est déroulée en présence de la Directrice de l’Alliance Française au Panama, de plusieurs responsables universitaires, ainsi que des représentants des missions diplomatiques et organismes internationaux accrédités au Panama, et de nombreux étudiants et chercheurs de la Faculté des Sciences de l’Ingénieur.

Présidant l’ouverture de la conférence, qui a présenté les expériences du Maroc et du Costa Rica, la Vice-recteur l’Université Technologique de Panama, a remercié les organisateurs pour le choix de l’UTP comme cadre et insisté sur l’intérêt que porte son institution au thème de l’environnement. Elle a remercié en particulier Madame Oumama Aouad, pour l’appui qu’elle a apporté à l’organisation de l’événement et la fierté de l’institution de recevoir la première Ambassadeur du Maroc au Panama comme conférencière.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire