ban600

L’Institution de la Commanderie des croyants au Maroc, gage de paix, de sécurité et de convivialité

L’Institution de la Commanderie des croyants au Maroc, gage de paix, de sécurité et de convivialité

 L'Institution de la Commanderie des croyants constitue pour les étrangers de confessions juive et chrétienne établis au Royaume, un gage de paix, de sécurité et de convivialité, a indiqué, lundi soir à Rabat, Monseigneur Vito Rallo, ambassadeur de la Nonciature Apostolique du Vatican à Rabat.

Lors d’une visite d’une importante délégation d’ambassadeurs étrangers accrédités à Rabat à plusieurs établissements et institutions religieux du Maroc, organisée par la fondation diplomatique, en partenariat avec la Nonciature Apostolique et le ministère des Habous et des affaires islamiques, Monseigneur Vito Rallo a souligné, dans une déclaration à la MAP, que cette visite ambitionne de faire connaitre aux différents ambassadeurs accrédités à Rabat l’Islam du juste milieu, de paix et de tolérance, prôné par le Maroc, sous la Conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI.

"Le Royaume du Maroc est un lieu de brassage des cultures et des civilisations et une terre d'ouverture et de dialogue entre les religions", a fait savoir l’ambassadeur du Vatican au Maroc, mettant en avant la source de confiance qu’inspire l’Institution de la Commanderie des croyants aux ressortissants des pays étrangers.

Il a aussi mis en exergue la centralité de la Commanderie des croyants dans la gestion des affaires religieuses au Maroc, mettant en avant la coexistence, l'harmonie et la sécurité qui règnent au Maroc, grâce au rôle indéniable de l'Institution d'Imarat al-Mouminine, en tant qu'une des constantes du pays.

"Le Maroc est parmi les rares Etats où tout le monde peut vivre dans la paix, le respect et la justice, grâce à la Haute sollicitude de son Souverain et à l'Institution de la Commanderie des croyants", a fait savoir le Nonce Apostolique, précisant qu'à travers l'histoire du Royaume, les chrétiens n’ont jamais eu de problèmes avec les Marocains, à travers plusieurs siècles, en raison de l'Islam modéré pratiqué au Maroc, celui de la tolérance et de la coexistence pacifique.

>>Lire aussi :La préservation du patrimoine culturel, un outil pour le développement socio-économique

De son côté, le président de la Fondation diplomatique, Abdelati Habek, a souligné que l'objectif de ces différentes visites consiste à informer le corps diplomatique étranger exerçant au Maroc des efforts tangibles du Royaume en matière de réforme du champ religieux, et de l'expérience marocaine réussie et exemplaire en matière de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent.

"Cette étape du dialogue interreligieux donne suite à une première étape à Casablanca qui a connu la participation de plusieurs ambassadeurs ayant visité des lieux culturels et religieux de la communauté juive marocaine", a-t-il rappelé, qualifiant de très positifs les échanges qu’ont eus les ambassadeurs avec les différents dirigeants de ces institutions nationales.

Organisé sous le thème "Islam du Juste milieu au Maroc", le programme "Dialogue interreligieux" auquel ont pris part 35 ambassadeurs non musulmans, a débuté par une visite au Mausolée Mohammed V, suivie d’un débat à la Rabita Mohammadia des Oulémas, et de deux autres visites à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams et des morchidines et morchidates et à Dar Al Hadith Al Hassania.

Les diplomates ont abordé, à cette occasion, plusieurs thématiques se rapportant à la contribution du Royaume dans la diffusion de l'Islam modéré et du juste milieu, à l'expérience marocaine en matière de formation des Imams et aux grandes lignes de la réforme du champ religieux au Maroc.

Cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre des activités de la Fondation au profit des ambassadeurs accrédités au Maroc, a pour objectif de renforcer les relations avec les instances nationales et internationales.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire