ban600

Le Retour de l’Histoire

Le Retour de l’Histoire

Par Olivier Stevens

Le résultat des Prési­dentielles consacre le FN comme principale force d’opposition : un éternel recommencement.

Quinze ans après son père, Marine Le Pen a ac­cédé au second tour des Pré­sidentielles françaises. Dans un climat politique houleux et à la suite d’une des cam­pagnes les plus délétères que la République ait connues, elle obtient plus du tiers des suffrages exprimés et fait fi­gure d’élément d’opposition incontournable dans la vie politique française de ces prochaines années. Tous les commentateurs l’acceptent comme une évidence. De­puis un siècle cependant, diverses formes de la droite dure ont été très proches du pouvoir. Retour sur une ré­alité aux racines multiples.

De toute évidence, les expressions «ex­trême-droite», «droite dure», «camp national» re­couvrent aujourd’hui des réalités très différentes mais expriment aussi certains rejets parfois ins­tinctifs, souvent émotionnels, qui empêchent une analyse profonde des courants et des faits histo­riques qui lui sont sous-jacents. Les époques, les influences suc­cessives (royalistes, anticommu­nistes, fascistes, contre la déco­lonisation, anti-immigrés) et ses figures historiques (Boulanger, Maurras, Pétain, Poujade, Le Pen) ne forment cependant pas un tout homogène, monolithique.

Le 21 avril 2002, au soir du premier tour de l’élection pré­sidentielle, la France est sous le choc. Un séisme a fait trembler le pays. Jamais jusqu’alors un homme d’extrême-droite n’avait pris une telle dimension dans l’histoire politique de la France.

Pourtant dès ses premières années, la troisième république avait affronté un danger : le Gé­néral Boulanger. En effet après les élections de 1885, il n’y a pas de majorité stable. Le peuple se cherche un sauveur, un homme providentiel. Cet homme pro­videntiel, c’est le Général Bou­langer, un patriote qui sait aussi montrer une fibre sociale. En 1889, il rassemble tous les dé­çus du système, de l’extrême droite à l’extrême gauche, qui stigmatisent la « République » synonyme d’impuissance à ré­soudre la crise économique et de corruption. Après son renvoi de l’armée, Boulanger se présente à de multiples élections et rem­porte victoire après victoire. Son apothéose sera en janvier 1889 à Paris : le Paris ouvrier, le Paris socialiste, anarchiste, commu­niste, communard va voter pour le Général. Un vote des classes pauvres, oubliées contre les élites de la Troisième République. C’est un séisme pour les Répu­blicains : ils s’aperçoivent que leurs valeurs de liberté et de dé­mocratie portent «un populiste» au pouvoir. Pire, il se pourrait que le «peuple» ne soit pas dé­mocrate ! La poussée de fièvre se terminera tragiquement : hésitant à prendre le pouvoir par la rue, Boulanger se verra très vite aban­donné par ses partisans, il fuira à Bruxelles et se suicidera sur la tombe de sa maîtresse, deux mois plus tard. Les Républicains sortent vainqueurs de la première grande crise de la Troisième Ré­publique… qui ne va pas tarder à se découvrir d’autres problèmes.

L’antisémitisme gagne du terrain

En effet, la question raciale verra le jour à la fin du siècle. Le Juif, assimilé à la grande banque par les socialistes, concentre­ra, bientôt, toutes les attaques venant de droite comme de gauche. Après le scandale du Canal de Panama, puis sous l’affaire Dreyfus, l’antisémi­tisme atteindra des proportions jusque-là inconnues : il n’est plus seulement dans les jour­naux, dans les livres, il est dans la rue. Des scènes d’émeutes antisémites éclatent dans toutes les grandes villes de France. A Alger, elles prennent l’allure de véritables pogroms contre les juifs algériens qui sont battus à mort par dizaines dans les rues de la ville blanche.

Édouard Drumont se fera élire à Alger sur un programme an­tisémite, anti-étranger. Se crée alors un «groupe antisémite» à la Chambre des députés.Le mouvement d’extrême droite prend alors un nouveau nom : le nationalisme. Il ne forme pas un camp homogène, ce sont des ligues, ligue antisémite, ligue des patriotes, ligue de la patrie française, etc, des monarchistes, des plébiscitaires, des ultras-ca­tholiques. Ils ont en commun un ennemi : la République. Celle des libéraux, des corrompus, des affairistes, des bavards, des juifs et des franc-maçons.

En 1899, Paul Déroulède est convaincu qu’une union entre le peuple, l’armée, les patriotes pourra mettre fin au régime cor­rompu de la République. Il veut entraîner le général Roger dans un putsch, mais l’armée, léga­liste dans son ensemble, ne suit pas. Tous les putschistes vont être arrêtés. Déroulède sera in­nocenté par un jury populaire.

Si elle n’a pas de véritable chef, la droite nationaliste a des penseurs : Barrès et Maurras. Ce dernier va jeter les bases d’un courant de pensée, le nationa­lisme intégral, doctrine basée sur le refus de la démocratie accusée de rendre la nation impuissante. Il fonde le quotidien L’Action Française en 1908. Pendant près de 40 ans, ce journal, mal­gré ses contradictions internes et ses différends idéologiques, sera la tribune de toutes les fa­milles de droite traditionalistes et extrémistes.

Maurras prône la restauration monar­chique. S’il n’est pas chrétien, il défend ce­pendant l’Église et l’ordre qui en découle.

La Première Guerre mondiale changera peu la donne. En 1918, Maurras est plus que jamais porte-parole des anti-parle­mentaires qui accusent la République de l’épouvantable saignée des tranchées. Viennent s’ajouter à son mouvement les anciens combattants et, après la révolution d’octobre à Moscou, les anti-communistes.

Dans les années trente et malgré la condamnation de son mouvement par le Pape, le mouvement national voit gros­sir ses rangs par les Camelots du Roi et les ligues fascinées par la montée de Mussolini en Italie. Ce sont des mouve­ments d’extrême droite comme les ligues patriotes, ou le mouvement fasciste Soli­darité française, les Croix de Feu dirigés par le colonel de la Rocque qui occupent maintenant la rue.

La Rocque n’est pas fasciste. Il souhaite à la fois une France traditionnelle et popu­liste. Sa clientèle est celle des beaux quar­tiers et des milieux très populaires. Son mouvement compte plusieurs centaines de milliers d’adhérents dans les années trente.

L’affaire Stavisky et la me­nace du bolchevisme

Une nouvelle fois, début 1934, c’est un scandale financier qui mettra la Ré­publique sens dessus dessous : l’affaire Stavisky.

Le Quartier latin est alors tout entier partisan des Ligues. Le 6 février, une ma­nifestation monstre se dirige vers l’As­semblée nationale. La Rocque descend les Champs-Élysées jusqu’à la Concorde mais hésite au moment de passer le pont vers l’Assemblée nationale. La manifestation dégénère et cet «acte manqué» laissera des traces dans la vie politique des droites. Deux ans plus tard, en 1936, Léon Blum arrive au pouvoir et l’une de ses premières mesures est de dissoudre les Ligues.

La droite nationale stigmatise les volon­tés bellicistes de la gauche dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mon­diale, ainsi que pour la première fois, elle s’attaque aux réfugiés (fuyant le Reich ou la guerre d’Espagne) et à une immigration trop forte venant des pays du Sud (Italie, Espagne, Portugal). Extrême gauche et ex­trême droite se rejoignent sur ces thèmes.

france2La dissolution des ligues va radicaliser une frange de l’extrême droite qui sous le nom de la Cagoule s’orientera vers l’action terroriste. Elle recrute parmi la haute so­ciété française, «le monde des châteaux», dira Jean Renoir, un monde hanté par la menace du bolchevisme. La violence qu’elle annonce en paroles sera bientôt vé­rifiée dans les faits. Cependant, la France ne connaîtra jamais un fascisme radical sur les modèles mussolinien et hitlérien. Tout au plus, les Bonapartistes césariens chercheront-ils à muscler une république qu’ils ne songent plus à abattre.

La défaite de juin 40 propulse Pétain au pouvoir. L’occupation brouille les cartes idéologiques. Le vieux Maréchal rallie autour de son régime des profils divers, de gauche comme de droite. Vichy, au fil du temps, prendra le visage d’un État de plus en plus répressif : communistes, francs-maçons, juifs sont considérés comme des ennemis de l’intérieur. Doriot, Déat, Darnand, Laval seront les grandes figures de cette période noire de l’histoire française.

Après la guerre, la droite réactionnaire a évidemment perdu le combat idéologique. Maurras et Pétain sont jugés et condamnés. L’épuration sera d’une violence inouïe.

L’extrême droite reprend des couleurs

Il faudra attendre les guerres coloniales pour que timidement l’extrême droite réapparaisse. Avec l’Indochine d’abord puis avec l’Algérie. La droite nationale se pose alors en gardienne des valeurs occi­dentales, contre le communisme, contre l’islam, contre le fanatisme. On retrouve­ra toutes les tendances droitières sur ces thèmes. Pour elle, il s’agira de défendre l’unité de la France menacée. La droite ultra s’avance, d’abord en 1956, avec le mouvement de Pierre Poujade qui fait une entrée houleuse dans le paysage politique français. Ce dernier dénonce les origines juives de Pierre Mendes-France accusé de trahison pour avoir mis un terme à la guerre d’Indochine. En faisant le plein des voix des petits commerçants, Poujade ef­fectue une charge à la hussarde contre les parlementaires. Son bras droit, Jean Marie Le Pen intervient violemment à l’Assem­blée contre le gouvernement qu’il accuse de mollesse, en Algérie.

Le poujadisme sera un feu de paille électoral. Le Pen se brouille vite avec son chef et en 1957, il s’enrôle en Algérie sous les ordres du général Massu. Il sera décoré alors que l’écho des tortures fran­çaises commence à se faire dans la presse. Comme au temps de l’affaire Dreyfus, l’opinion publique se divise entre parti­sans de l’Algérie française et partisans de l’Indépendance.

L’extrême droite commence alors à se structurer, à monter en puissance. Ses pre­mières bases idéologiques sont la défense de l’armée en pleine bataille d’Alger. Elle se réapproprie ce vieux thème de la droite et y ajoute à nouveau un anti-parlementa­risme virulent.

Quand De Gaulle déçoit ses alliés

Le 13 mai 1958, une insurrection se dé­clare à Alger contre l’investiture de Pierre Pfimlin, favorable à des pourparlers avec le FLN. La foule algéroise est formée de partisans gaullistes et d’activistes. Massu instaure un Comité de Salut public et Salan annonce qu’il prend en mains la destinée de l’Algérie française. Sous la menace de la guerre civile, la IVe République s’effondre. De Gaulle revient au pouvoir et instaure une république forte qui a le soutien de toutes les droites nationales. A peine 18 mois plus tard, les mesures qu’il prend vont décevoir ses alliés. Son ambiguïté sur la question algérienne va ouvrir un large champ d’expression pour l’extrême droite française. L’image de la défense de la nation et de l’Empire, du ré­alisme politique, du Commandeur, n’est plus incarnée par l’homme du 18 juin. Le choix du processus autodétermination scellera le divorce entre les gaullistes et le reste de la droite non libérale.

Les Barricades d’Alger portent en germe la création de l’OAS. Ortiz et Lagaillarde échouent. En avril 1961, le putsch des Généraux Salan, Challe, Jouhaud, Zeller tient cependant à l’écart les ultras d’Alger. Ils veulent sauver « l’honneur de l’armée française » accusée de brader l’Empire. De Gaulle intervient magistralement et le putsch échoue. 800 officiers supérieurs seront exclus des rangs de l’armée.

L’OAS se lance dans une politique de terre brûlée. A droite, les blessures et les rancoeurs politiques sont béantes. L’at­tentat du Petit Clamart coïncidera avec la fin de la guerre d’Algérie. 900 000 pieds-noirs émigrent alors dans des conditions tragiques.

Aujourd’hui encore, les séquelles de ce pan d’histoire sont sensibles dans le paysage politique français. Le trauma­tisme restera indélébile. Les pieds noirs, même ceux qui votaient originellement à gauche, glissent à l’extrême-droite dans un vote quasi communautaire. Il constitue aujourd’hui encore le fond électoral du FN dans le sud de la France.

Ceux-ci rebondiront dans les années 80 dans la lutte contre l’immigration al­gérienne en y retrouvant les accents de la bataille qu’ils avaient menée, 20 ans auparavant.

Début des années 1970, Ordre Nouveau fait son apparition en opposition à mai 1968. Les thèmes de la loi et de l’ordre, de la sublimation du passé, le culte de la force sont cependant récupérés par le général de Gaulle et ses héritiers. L’extrême-droite reste dans la marginalité groupusculaire et plonge dans la violence.

Le FN de Jean-Marie Le Pen

En 1972, Jean-Marie Le Pen fonde le FN en regroupant une multitude de petits partis qui, parfois, s’opposent idéologi­quement. Des cathos traditionalistes aux néo-fascistes en passant par les anciens de la guerre d’Algérie, les monarchistes, les nationaux révolutionnaires et d’autres petites mouvances. A l’époque, ils pèsent moins de 1 % des suffrages exprimés.

Ce sont les premières crises écono­miques de 1973 et 1979, l’ouverture des frontières par le regroupement familial, l’élection de Mitterrand en 1981, l’appari­tion de ministres communistes au gouver­nement, les traités européens qui permet­tront au FN de progresser et de s’établir, grâce à l’instauration de la proportionnelle, dans le paysage politique français.

Le caractère incendiaire des thématiques lepénistes est à son paroxysme dans les années 80 : immigration et chômage sont liés, immigration et délinquance aussi.

La «Rrépublique des ripoux » est en­core stigmatisée 120 ans après Boulan­ger. Au fil du temps, les propos se sont adoucis, édulcorés. Comme le Général de 1890, le FN amalgame l’ensemble des mé­contents et l’ensemble des «responsables expiatoires».

Aujourd’hui le FN est le premier parti dans les milieux ouvriers, symptôme des difficultés de cette France périphérique dé­crite par le géographe Christophe Guilluy.

Elle capitalise aussi sur les valeurs tra­ditionnelles qui prônent une société plus fermée, fondée sur des invariants comme l’appartenance à une nation, à une famille, à une structure stable.

Ainsi l’histoire des républiques fran­çaises est scandée par les sursauts d’une droite extrême, monarchiste, anti-cos­mopolite, traditionaliste, nationaliste qui réapparaît de manière cyclique en se nour­rissant des crises et des difficultés de la na­tion, en prenant souvent la pose du «sau­veur», de la «vraie France» et du «vrai peuple» contre la démocratie «faible», «cosmopolite» et «affairiste».

Les arguments d’un éternel recommen­cement ?

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire