ban600

Un Maroc au coeur du malaise entre conservateurs et modernistes

Un Maroc au coeur du malaise entre conservateurs et modernistes

Dossier du mois

Nadia Adib, Artiste-peintre

 L’arabisation, la télé satellite, le Net, l’Arabie Saoudite, voici les maux qui ont affecté le Maroc. Ce qui a fait que nous sommes passés d’un islam modéré à l’islamisme.

Il y a trente ans, la population Ama­zighe avait toujours gardé sa propre langue. Au nord du pays, il y avait beaucoup de personnes qui parlaient l’espagnol et l’arabe dialectal. Dans la région de la Chaouia le dialecte marocain était un mixage de plusieurs langues. A la maison, le marocain n’utili­sait jamais l’arabe classique. Les ensei­gnants du français avaient un certain niveau intellectuel hérité du protectorat. L’islam se résumait à une façon de vivre avec des rituels plus ou moins respec­tés et une tolérance de l’Autre dont on connaît la langue et la façon de vivre via la télévision maro­caine trilingue et les émissions civilisées. Même la musique classique clôturait la journée et nom­breux étaient ceux qui l’écoutaient.

Après 30 ans d’arabisation, les fruits commencent à tomber

Pendant l’arabisation, la philosophie était bannie, les professeurs n’avaient pas de supports en arabe, en dehors de Taha Housine, de Khalil Khalil Ja­brane, ou Victor Hugo traduit en arabe. Le manque de références occidentales traduites en arabe a poussé cette géné­ration devenue arabisante à s’intéresser via les satellites aux télévisions orien­tales où le prosélytisme est notoire. Les bouquinistes ont fermé et ont été remplacés par les vendeurs d’ouvrages en arabe, qui, majoritairement, étaient fournis et même donnés gratuitement à la sortie des mosquées (Coran, hadiths, valeurs islamistes…) Les cassettes des Chioukhs « dont le fameux Kichk » qui par ses paroles avait endoctriné même les plus réticents, ont commen­cé à pulluler dans les souks, les mar­chés, les kissariats. L’environnement était devenu un terreau favorable pour que les islamistes puissent se faufiler pour arriver au pouvoir. Le PJD n’est que la conséquence d’un laisser aller et d’une ignorance totale de vision à moyen et long terme. Internet est venu, plus tard, faciliter les contacts et un ré­seau énorme a été créé au Maroc, sous l’ordre de grands internautes informa­ticiens qui travaillent pour le PJD.

Le wahhabisme importé

Les Marocains ne se mêlaient pas aux Orientaux pendant les trente glorieuses années. Avec l’arabisa­tion, le Marocain qui était occiden­talisé, est devenu l’arabe capable de parler khaliji, saoudi… Même les chanteuses marocaines chantaient la langue du nouveau « colon » venu de l’est. Dans cette même période, l’embargo sur l’Irak, et l’hégémonie galopante sur les pays arabes sont devenus des arguments solides pour indiquer l’ennemi «l’Occident mé­créant». Les prêches commençaient à se politiser.

Dans les villes frontalières avec l’Algérie, les choses se sont dévelop­pées avec plus d’aisance, en raison de la guerre civile qui avait commen­cé en 1986-87.

Par conséquent, une société isla­misée est forcément endoctrinée par la sunna mal interprétée qui traite la femme comme un objet de procréa­tion. Je pense que 60 % de la société marocaine est déjà formatée dans ce sens.

Par ailleurs, Sa Majesté a hérité des erreurs de son père. Aussi déploie-t-il un effort draconien pour rattraper ce temps perdu. Maintenant si les Oc­cidentaux nous foutent la paix parce que ce sont eux qui encouragent les islamistes à rester au pouvoir, cette ambivalence entre modernité et ar­chaïsme pourrait se corriger avec le temps. Mais ce ne sera pas fait en un clin d’oeil. L’Occident a pour rôle de veiller à ce que l’Arabie Saoudite change ses discours et arrête de fi­nancer l’obscurantisme. Sans cela, cette histoire mettra des siècles pour se résorber. Si l’Occident sème des graines au Maroc, elles pousseront dans toute la Méditerranée.

C’est un message que je vous prie de faire passer, parce que la gauche française ne comprend rien à ce qui nous arrive. Au nom de la démocra­tie, user de la tolérance n’est qu’une complaisance dont ils vont payer un long tribut.

La monarchie est le seul salut pour une démocratie au Maroc. Le suc­cès des islamistes nous conduira au Moyen Âge et à l’embrasement de la région.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire