ban600

Le Maroc déplore la situation dramatique des immigrants syriens sur le territoire algérien

Le Maroc déplore la situation dramatique des immigrants syriens sur le territoire algérien

Les autorités marocaines ont déploré la situation dramatique des immigrants syriens sur le territoire algérien et les conditions difficiles qu’ils traversent et dénoncent les comportements inhumains des autorités algériennes à l’encontre de ces immigrants.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur indique, vendredi, que les autorités marocaines « déplorent la situation dramatique de ces immigrants et les conditions difficiles qu’ils traversent dans l’autre partie des frontières marocaines et dénoncent les comportements inhumains des autorités algériennes à l’encontre de ces immigrants surtout qu’il s’agit de femmes et d’enfants dans une situation très vulnérable ».

Les autorités marocaines ont enregistré récemment l’encerclement par les autorités algériennes de 55 citoyens syriens sur le territoire algérien, dans la zone frontalière maroco-algérienne, près de la ville de Figuig, ajoute le ministère, précisant que ces immigrants ont été autorisés par les autorités algériennes à atteindre cette zone frontalière via le territoire algérien en plusieurs groupes depuis la nuit du 17 avril 2017.

Les autorités expriment « leur étonnement du fait que les autorités algériennes n’ont pas pris en considération la situation de ces immigrants en les expulsant par force vers le territoire marocain, contrairement aux règles de bon voisinage prônées par le Royaume du Maroc », souligne la même source, relevant que l’arrivée de ces immigrants à cette zone frontalière « malgré les difficultés liées aux reliefs pour y accéder via le territoire algérien et les contraintes des conditions météorologiques n’aurait pas été possible sans l’assistance et le soutien des autorités algériennes ».

« Ce n’est pas la première fois que les autorités algériennes procèdent à l’expulsion d’immigrants vers le territoire marocain, des comportements similaires ayant été enregistrés par le passé », conclut le ministère.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire