ban600
Voeux

Le Maroc doit exploiter son capital humain à l’étranger pour servir le projet sociétal de développement

Le Maroc doit exploiter son capital humain à l’étranger pour servir le projet sociétal de développement

Le Maroc doit exploiter son capital humain important qui se trouve à l’étranger, et ce pour servir le projet sociétal de développement du Royaume, a souligné, vendredi à Marrakech, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq.

Le Maroc a un capital humain important à l'étranger qui doit être intégré dans le projet sociétal de développement, mené par SM le Roi Mohammed VI, pour placer le Royaume au rang des pays puissants aux niveaux économique, politique et social, a indiqué M. Benatiq à l’ouverture de la 3ème édition du South Economic Women Initiative (SEWI) placée sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi et organisée sous le signe "Innovation et digital : quel leadership pour les femmes ?".

Il a, à cette occasion, salué les femmes marocaines qui ont réussi leur carrière professionnelle et contribué à la création des richesses dans les pays d'accueil. Le Maroc a lancé plusieurs chantiers importants, notamment la régionalisation avancée, a-t-il rappelé, invitant les Marocains entrepreneurs du monde à découvrir et profiter des opportunités d’investissement qui leur sont offertes par ces régions.

Pour sa part, le secrétaire d’Etat chargé de l’Investissement, Othmane El Ferdaous, a indiqué que le taux d’activité des femmes au Maroc a atteint uniquement 27%, en baisse depuis 20 ans, mais ce niveau reste supérieur par rapport à celui d'autres pays.

>>Lire aussi: Une délégation marocaine se rend mardi à Lisbonne pour des discussions bilatérales avec l’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara marocain 

Dans ce cadre, M. El Ferdaous a jugé primordial de redoubler d’efforts pour améliorer ce taux et agir pour relever le défi de l’inclusion des femmes dans le travail au Maroc et en matière de formation, puisque le taux de réussite au baccalauréat des filles est supérieur de 10 points à celui des garçons (48% pour les filles et 38% pour les garçons).

A cet effet, il a plaidé pour l’amélioration de la politique urbaine et de la politique de transport urbain afin de faciliter la mobilité et le déplacement des femmes dans les grandes villes vers le lieu de leur travail, soulignant le rôle important du secteur de l’innovation digitale qui permettra de favoriser l’entreprenariat des femmes.

Organisée par l’Association des femmes chefs d’entreprise du Maroc (AFEM) en partenariat avec le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration à l’occasion de la Journée internationale de la femme, cette rencontre de deux jours réunit près de 40 femmes entrepreneures venues de plus de 20 pays d’Amérique du Nord, d’Afrique, du Moyen Orient et d’Europe.

Les participants à cette rencontre interviennent dans des secteurs innovants, à savoir les nouvelles technologies, la finance, l’industrie, la communication et l’enseignement. Le SEWI permet une fois par an aux femmes chefs d’entreprise du Maroc et du monde de réfléchir aux meilleures voies de développement de leur entreprise et d’appréhender les défis qui façonneront le monde de demain.

En marge de ses travaux, le SEWI 2018 accueille deux événements importants: la réunion du Steering Commitee FCEM (Femmes chefs d’entreprise du monde) et un atelier du programme "Resume" qui consiste à présenter des meilleures pratiques en matière d'entrepreneuriat féminin par les partenaires du Programme de l'Union européenne.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire