ban600

Maroc : premiers pays à adopter le projet de régionalisation avancée au niveau arabo-africain

Maroc : premiers pays à adopter le projet de régionalisation avancée au niveau arabo-africain

Le Maroc est l’un des premiers pays à adopter le projet de régionalisation avancée au niveau arabo-africain, a souligné, jeudi à Rabat, l’ancienne députée belge, juriste et professeure universitaire, Fauzaya Talhaoui. 

« La régionalisation marocaine est particulière parce qu’elle tient compte des spécificités locales, tout en s’inspirant des expériences réussies des pays démocratiques, tels que l’Espagne, l’Allemagne et la Belgique », a indiqué Mme Talhaoui, dans un entretien accordé à la MAP en marge du 2ème Forum parlementaire des régions, organisé par la Chambre des conseillers sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Elle a également relevé que le processus de la régionalisation avancée au Maroc a connu un développement considérable notamment après l’adoption de la Constitution de 2011 qui a ouvert « un vrai » débat en la matière et conféré des prérogatives importantes aux Régions surtout pour les provinces du Sud, appelant, par la même, le gouvernement à être « plus actif » dans l’exécution des lois qui doivent contribuer à la mise en œuvre de la régionalisation et la consolidation du rôle des régions.

Selon Mme Talhaoui, la régionalisation est un moyen efficient pour démocratiser les pays. « Dans un pays émergent comme le Maroc, il faut du temps et les moyens nécessaires pour que cette régionalisation puisse voir le jour », a-t-elle dit.

S’agissant de l’expérience belge, l’experte a fait observer qu’« en Belgique, l’expérience de la régionalisation remonte à plus de 40 ans en attribuant plus de compétences et de budget aux Régions pour gérer leurs propres affaires, comme le cas pour les régions Wallonne, Flamande et de Bruxelles-Capitale, notamment au niveau de l’éducation nationale, de la santé publique, de l’économie ».

Par ailleurs, elle a plaidé pour l’organisation davantage de conférences dans les régions, les préfectures, les communes et les provinces de sorte à ce que la population puisse s’enquérir de l’importance de la régionalisation en tant que moyen favorisant le développement local, la création des richesses, l’investissement et la création des postes d’emploi.

Cette rencontre reflète l’importance accordée au projet de la régionalisation avancée par l’ensemble des acteurs, notamment les présidents des conseils communaux, ce qui nécessite un cadre général pour accompagner ce projet national ambitieux, a-t-elle soutenu.

Organisé en application du contenu du discours royal prononcé par SM le Roi Mohammed VI à l’ouverture de l’année législative 2017-2018 et dans le cadre du plan d’action stratégique de la Chambre des conseillers 2016-2018, le 2ème Forum parlementaire des régions vise la réalisation d’une lecture objective de l’expérience de la régionalisation avancée et la contribution à l’interactivité avec les différentes questions et problématiques posées.

Ce forum constitue également une opportunité pour l’ensemble des acteurs du système de gestion régional pour contribuer à l’accompagnement de l’évaluation du cadre juridique et du cumul gestionnaire issu de la pratique régionale.

Prennent part à cet événement des responsables gouvernementaux, des présidents des conseils régionaux, des institutions nationales, des représentants de la société civile ainsi que les partenaires internationaux de la Chambre des Conseillers.

Propos recueillis par Imane BROUGI et Hajar EL FAKER –.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire