ban600

Le Maroc, seul pays de la région MENA disposant d’une stratégie spécifique sur les droits humains et le VIH

Le Maroc, seul pays de la région MENA disposant d’une stratégie spécifique sur les droits humains et le VIH

Le Maroc est le seul pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) qui dispose d’une stratégie spécifique sur les droits humains et le VIH, a affirmé, mardi à Rabat, le directeur de l’ONUSIDA pour le Maroc, Kamal Alami. 

Cette stratégie spécifique sur les droits humains liés au VIH mise en oeuvre avec l’implication du Conseil national des Droits de l’Homme (CNDH) a permis de mettre l’accent sur la lutte contre la stigmatisation et la discrimination et d’insuffler une nouvelle dynamique au plan stratégique national de lutte contre le SIDA, a souligné M. Alami lors d’une rencontre organisée à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SiDA célébrée par la communauté internationale le 1er décembre sous le thème « Droit à la santé ». 

Le dernier rapport national sur le Sida élaboré en mars 2017 par le ministère de la Santé, en collaboration avec l’ONUSIDA, a mis en évidence les progrès importants enregistrés par le Maroc depuis 2011, en matière de couverture par la prévention, de dépistage du VIH et d’accès au traitement antirétroviral, a-t-il relevé, notant que le Maroc est bien engagé et positionné pour atteindre les objectifs 90 90 90 de lutte contre le SIDA.

Il a, ainsi, réitéré la mobilisation de l’ONUSIDA et des agences des Nations Unies au Maroc pour appuyer le plan stratégique national 2017-2021 dans le cadre de l’UNDAF et du plan conjoint d’appui, et ce en complémentarité avec le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme et les autres partenaires.

De son côté, le président du CNDH, Driss El Yazami a indiqué que le Conseil s’inscrit dans la riposte nationale au sida et tient à contribuer aux efforts fournis au niveau national pour développer des stratégies de réduction des facteurs de vulnérabilité et des inégalités d’accès aux services de santé.

Dans cette optique, un comité, constitué du CNDH, du Programme national de lutte contre les infections sexuellement transmissibles/Sida (PNLS), du Programme d’appui du Fonds mondial de la lutte contre le VIH/sida et du bureau l’ONUSIDA au Maroc, s’est réuni pour élaborer la stratégie nationale sur les droits humains et le VIH/Sida, a-t-il fait savoir, notant que cette stratégie vise à disposer d’un cadre de programmation cohérent pour mettre en œuvre une riposte efficace au VIH en atténuant la discrimination et en favorisant la promotion et la protection des droits de l’homme.

La situation sanitaire au Maroc se distingue par un net recul de la mortalité due aux infections graves et une progression de la charge de morbidité liée aux maladies non transmissibles traduisant ainsi un changement profond dans la structure épidémiologique du pays, a-t-il fait observer.

Les importantes réformes engagées depuis le début des années 2000, en particulier la réforme hospitalière et la couverture médicale de base, constituent des avancées indéniables pour consacrer le droit constitutionnel à l’accès aux soins, améliorer les performances du secteur de la santé et garantir un meilleur état de santé à la population, a-t-il soutenu, ajoutant que ces progrès restent tributaires de l’intensification des programmes de prévention combinée auprès des populations clés ou vulnérables dans les régions les plus touchées, ainsi que de l’extension de l’accès au dépistage au VIH de la prise en charge des personnes vivant avec, par le traitement antirétroviral à un stade précoce.

Organisée conjointement par le ministère de la Santé et le CNDH, cette rencontre vise à plaidoyer auprès des décideurs et des partenaires pour la promotion des Droits humains liés au VIH et l’accès aux des différentes populations aux services et sensibiliser le grand public en matière de lutte contre la stigmatisation et discrimination des personnes vivant avec le VIH.

Une campagne nationale de dépistage du VIH a été lancée le 27 novembre et se poursuivra jusqu’au 27 décembre, au niveau de toutes les régions du pays et avec la collaboration des ONG thématiques et de la Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion. Elle a pour principal objectif la promotion du test VIH et la mobilisation de la population pour bénéficier des services offerts afin d’augmenter la proportion des personnes vivant avec le VIH qui connaissent leur statut.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire