ban600
Voeux

Le Maroc veut réussir la transition énergétique mondiale, en jouant un « rôle très actif » en Afrique

Le Maroc veut réussir la transition énergétique mondiale, en jouant un « rôle très actif » en Afrique

Le Maroc poursuit son dynamisme pour la réussite de la transition énergétique mondiale, en jouant un « rôle très actif » au niveau de la région méditerranéenne et du continent africain, a souligné, mardi à Marrakech, le ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah. 

« Le Royaume poursuit son dynamisme pour la réussite de la transition énergétique mondiale, en jouant un rôle très actif particulièrement au niveau de la région méditerranéenne et du continent africain, notamment dans le cadre de ses relations de partenariats stratégiques avec ses partenaires européens et africains », a indiqué M. Rabbah qui intervenait à l’ouverture de la 3ème édition du Salon international sur l’énergie solaire « Photovoltaïca 2018 », organisée sous le thème « vers le développement durable en Afrique ».

Le succès de la transition énergétique mondiale passe par le développement de la coopération et des partenariats en faveur des énergies propres et de l’intégration des réseaux et des marchés électriques, a-t-il expliqué.

« Le Maroc avance avec sérénité dans sa transition énergétique sobre en carbone. Sa forte volonté à développer l’énergie solaire, notamment photovoltaïque, est un choix en parfaite harmonie avec les tendances internationales qui démontrent qu’à l’horizon 2030, la capacité mondiale installée pourra atteindre 2.000 Gigawatt », a-t-il précisé, ajoutant qu’une capacité en énergie solaire de 160 MW (Noor Ouarzazate 1) est déjà opérationnelle et 350 MW sont en cours de réalisation, dont 170 MW en photovoltaïque.

Le ministre, qui a mis en avant la stratégie énergétique marocaine, a relevé que la dynamique de développement de l’énergie photovoltaïque se poursuit par plusieurs mesures qui concourent à l’ouverture du marché électrique de sources d’énergies renouvelables Moyenne et Basse Tensions, estimant que ces sources « auront, sans nul doute, des retombées socio-économiques positives » sur le secteur, notamment en matière d’investissement, de mise en place de formations qualifiantes, de création d’emplois et de développement des zones d’implantation des projets d’énergies renouvelables.

>>Lire aussi : DEWA Signe un Protocole d’Entente avec Expo 2020 Dubaï et Siemens pour lancer la première installation d’électrolyse d’hydrogène à énergie solaire

En sus, il a mis l’accent sur le rôle actif du Royaume pour accélérer l’intégration des marchés régionaux de l’énergie, en développant de nouvelles interconnexions électriques, notamment via le projet de réalisation d’une ligne d’interconnexion électrique entre le Maroc et le Portugal d’une capacité de 1.000 MW et d’une longueur approximative de 220 km avec un investissement prévu, estimé à 500 millions d’euros, faisant savoir qu’une étude de faisabilité est en cours pour sa réalisation.

Le Maroc prévoit aussi le renforcement de l’interconnexion avec l’Espagne, par une 3ème ligne d’une capacité de 700 MW, et avec la Mauritanie qui est en cours de réflexion, a-t-il enchaîné.

S’agissant de l’intégration industrielle, M. Rabbah a indiqué que cette politique d’intégration a commencé déjà à donner ses fruits et l’exemple en est l’usine de fabrication de pales éoliennes qui a vu le jour, moyennant un investissement de 100 millions d’euros, et assurant 1.200 emplois permanents, avec une capacité annuelle de production de 700 pales, soit l’équivalent de 1.000 MW.

Pour ce qui est de la filière formation, il a mis en exergue les projets et programmes menés par le Royaume en matière de développement de la formation et de l’infrastructure dédiée à la R&D (Recherche et Développement), notamment pour la filière du photovoltaïque.

Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI et organisée par le ministère de l’Energie, des mines et du développement durable, en partenariat avec la Société d’investissements énergétiques (SIE) et l’Agence Marocaine pour l’Energie Durable (MASEN), cette édition a pour objectif de sensibiliser les professionnels sur l’importance de l’investissement dans l’énergie solaire en Afrique.

Après deux éditions réussies, « Photovoltaïca 2018 » oriente sa stratégie vers l’Afrique avec la programmation de « la conférence thématique » ayant pour but de traiter les vrais sujets et alimenter les débats, d’une rencontre « Régions » et « Investisseurs/Développeurs » pour stimuler l’investissement dans des projets des régions marocaines (développement territorial) et d’une rencontre « Afrique » et « Investisseurs/Développeurs » pour booster les investissements en Afrique à partir du Maroc.

Cette 3è édition (13-15 février) réunit plus de 700 participants, notamment des représentants officiels de plus de huit pays africains, des investisseurs et des acteurs des énergies renouvelables.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire