ban600

Des milliers de Brésiliens manifestent vendredi pour dénoncer le nouveau Code du travail

Des milliers de Brésiliens manifestent vendredi pour dénoncer le nouveau Code du travail

Des milliers de Brésiliens affiliés à des centrales syndicales et à des mouvements populaires sont descendus dans les rues, vendredi, pour signifier leur rejet de la réforme du Code de travail, qui doit entrer en vigueur samedi.

Des manifestations ont été enregistrées dans près de 24 États du Brésil, dont Acre, Alagoas, Amapá, Amazonas, Bahia, Ceará, Espírito Santo, Goiás, Maranhão, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, Pará, Paraíba, Parana, Pernambuco, Piauí, Rio de Janeiro, Rio Grande do Norte, Rio Grande do Sul, Rondônia, Roraima, Sergipe, São Paulo et le Tocantins.

Dans la capitale du pays, Brasilia environ 150 personnes, selon la police militaire, ont participé à une manifestation organisée par la Centrale unifiée des travailleurs (CUT), principal mouvement syndical du pays, sur l’esplanade des ministères dans la matinée. La manifestation a été qualifiée de « paisible » par la Police Fédérale et aucun incident violent n’a été enregistré.

A Sao Paulo, les syndicats ont organisé une « Marche pour la défense des droits, de la souveraineté et de la démocratie », avec la distribution de tracts et de brochures expliquant les conséquences de la réforme du travail, qui apporte plusieurs changements, comme la primauté des conventions collectives sur la législation brésilienne en termes de conditions de travail et des congés de maternité, ou encore l’annulation du paiement des cotisations syndicales.

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Praça da Sé, au centre de Sao Paulo, et ont entamé une marche vers l’Avenida Paulista. « Nous voulons construire quelque chose d’équilibré. Cette réforme est essentiellement en faveur des entreprises. Je n’ai rien contre les entrepreneurs, mais la nouvelle loi ne comporte aucun article à vocation sociale ou syndicale« , a estimé le président de l’Union générale des travailleurs (UGT), Ricardo Patah.

A Rio de Janeiro, des manifestants opposés aux mesures d’austérité engagées par le gouvernement conservateur du président Michel Temer ont manifesté sur la place Candelária, au centre de Rio, suite à quoi un homme portant un masque à Gaz a été par la police militaire. Le président de la CUT, branche de Rio de Janeiro, a affirmé que le but des manifestations dans tout le pays est un acte de protester contre la perte de droits imposée aux travailleurs.

« Aujourd’hui nous sommes là pour dire que nous n’accepterons pas cette réforme du travail dans le pays. Nous irons dans la rue pour le défaire. Le recul des droits des travailleurs est un retour de l’esclavage« , a déclaré Marcelo Rodrigues. La réforme du Code du travail a été adoptée en juillet dernier par le Congrès lors d’une session émaillée d’incidents et le vote sur cette loi a été suspendu pendant près de sept heures après qu’un groupe de sénatrices ait occupé le pupitre réservé au président du Sénat et de ses aides, refusant d’en bouger.

Approuvé au niveau du Sénat par 50 voix pour et 26 contre, le texte de la réforme du Code du travail, qui change au moins 100 dispositions de loi, fait partie d’un paquet de mesures d’austérité soutenu par le gouvernement et critiqué par la majorité des Brésiliens.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire