La participation du Maroc au 27è sommet Afrique-France confirme les hautes orientations royales en faveur du développement, de la sécurité et de la stabilité dans le continent

La participation du Maroc au 27è sommet Afrique-France confirme les hautes orientations royales en faveur du développement, de la sécurité et de la stabilité dans le continent

La participation du Maroc au 27ème sommet Afrique-France, prévu samedi, vient confirmer les hautes orientations royales en faveur du développement, de la sécurité et de la stabilité dans le continent, a indiqué, vendredi à Bamako, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar.

“Le Royaume est toujours présent en Afrique et annonce des initiatives concrètes au profit du continent”, a souligné M. Mezouar dans une déclaration à la MAP à l’issue de sa participation à la réunion des ministres des Affaires étrangères tenue en prélude du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement placé sous le thème “Sommet de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence”.

Lors de cette réunion, le Maroc a mis l’accent sur l’importance du respect de la souveraineté, de la stabilité et de la sécurité des Etats et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, a-t-il ajouté, notant qu’il a été question également de souligner les liens qui existent entre stabilité et développement.

Le Royaume a, en outre, insisté sur l’impératif de préserver et de développer les richesses du continent africain qui souffre encore de la pauvreté, a poursuivi le ministre, rappelant les actions prises en faveur du développement durable de l’Afrique à la lumière, notamment, de la COP 22 qui a lancé une initiative hautement saluée portant sur la sécurité alimentaire et dont la mise en œuvre est prévue au cours de cette année.

Les ministres des Affaires étrangères ont souligné, lors de cette réunion, la nécessité d’intensifier les efforts pour lutter contre toutes les formes de menace à la paix notamment le terrorisme, le crime transnational, l’insécurité maritime et l’extrémisme violent.

Ils ont réaffirmé face à l’ampleur des défis d’ordre économique, social, humanitaire, environnemental et climatique, leur ferme engagement à redoubler les efforts contre la pauvreté et en faveur d’une croissance économique inclusive et diversifiée.

Le sommet de Bamako est un espace pour des échanges aux plans multilatéral et bilatéral sur les défis qui s’imposent au continent, notamment, ceux relatifs à la sécurité, au développement et à la place de l’Afrique sur la scène internationale.

Outre l’évaluation des progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations issues du 26ème sommet tenu à Paris en 2013, les discussions porteront également sur les voies et moyens à même d’approfondir ce cadre de coopération afin de relever collectivement les défis communs, en particulier, la paix, la sécurité et le développement de l’Afrique.

Des forums consacrés aux “Genre et Développement” ainsi qu’à “la Jeunesse” sont prévus parallèlement à ces assises, qui seront, également, ponctuées par un sommet des Premières Dames.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire