ban600

Le président gabonais Ali Bongo fait condamner Pierre Péan en diffamation

Le président gabonais Ali Bongo fait condamner Pierre Péan en diffamation

Le journaliste et écrivain Pierre Péan a été condamné jeudi par la justice française à 1.000 euros d’amende pour avoir diffamé le président gabonais Ali Bongo en laissant entendre dans un de ses livres qu’il avait commandité un assassinat politique.

Dans ce livre intitulé « Nouvelles affaires africaines » et publié en 2014, le journaliste français laissait entendre qu’Ali Bongo était à l’origine de deux tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba, directeur de cabinet de son père Omar Bongo quand celui-ci était président. Ces passages relaient des « accusations très graves formulées de façon affirmative« , sur une base factuelle « insuffisante« , ont relevé les juges dans leur décision.

Pierre Péan a en revanche été relaxé au titre de la bonne foi pour plusieurs autres passages dans lesquels il imputait à Ali Bongo d’avoir commandité l’empoisonnement de Georges Rawiri, président du Sénat, et d’avoir fomenté un « coup d’Etat électoral » lors de l’élection présidentielle de 2009, le tribunal estimant qu’il a produit une « documentation solide, variée, abondante et qui se recoupe » pour étayer ces propos.

Sophie de Closets, qui dirige l’éditeur du livre, Fayard, a pour sa part été condamnée à 1.000 euros d’amende avec sursis. Les deux prévenus devront en outre payer un euro de dommages et intérêts à Ali Bongo. Contactée par l’AFP, l’avocate de Pierre Péan et de son éditrice, Me Florence Bourg, a salué une décision « globalement très positive » puisque les passages relatifs aux accusations de fraude électorale et à la mort de M. Rawiri n’ont pas été jugés diffamatoires. « Ali Bongo se réjouit que Pierre Péan ait été condamné pour ce brûlot qui ne visait qu’à le discréditer et à le délégitimer« , a réagi son avocate, Me Delphine Meillet.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire