ban600

Le programme Daca pour les jeunes immigrés « probablement mort »

Le programme Daca pour les jeunes immigrés « probablement mort »

Le président Donald Trump a estimé dimanche que le programme Daca, qui permet à 690.000 jeunes immigrés de travailler et d’étudier aux Etats-Unis en toute légalité, était « probablement mort ».

« Daca est probablement mort parce que les démocrates n’en veulent pas vraiment, ils veulent juste parler et prendre de l’argent dont notre armée a désespérément besoin », a tweeté M. Trump.

« En tant que président, je veux que les gens venant dans notre pays nous aident à être plus forts et grands à nouveau, des gens qui viennent à travers un système basé sur le mérite. Plus de loteries! #America first », a-t-il poursuivi.

Ces déclarations interviennent après plusieurs jours de vives condamnations à travers le monde de propos qu’auraient tenus le milliardaire républicain jeudi lors d’une réunion avec des parlementaires américains à la Maison Blanche.

Selon plusieurs médias et des témoins, il a dénoncé l’immigration en provenance de « pays de merde » tels que Haïti, le Salvador ou des pays africains. Il a contesté vendredi l’utilisation de cette expression, reconnaissant avoir néanmoins utilisé un langage « dur ».

Les parlementaires étaient présents pour évoquer les discussions entre les responsables des deux partis pour encadrer le sort des « Dreamers », les jeunes bénéficiaires du programme appelé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l’administration de Barack Obama.

En septembre, M. Trump a abrogé le programme qui a permis à 690.000 jeunes, entrés illégalement aux Etats-Unis alors qu’ils étaient enfants, de travailler et d’étudier en toute légalité en les protégeant de l’expulsion. Il a donné jusqu’au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

Mais il a lié toute régularisation à son projet de mur à la frontière avec le Mexique, auquel les démocrates se sont jusqu’à présent opposés fermement.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire