ban600

RSF : la liberté de la presse est en constant recul dans le monde

RSF : la liberté de la presse est en constant recul dans le monde

Reporters Sans Frontières (RSF) vient de rendre public, ce mercredi, son rapport 2017 du classement mondial de la liberté de la presse. Le Maroc, lui, dégringole au 133ème rang selon le rapport.

Le Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) permet d’établir la situation relative de 180 pays au regard notamment de leurs performances en matière de pluralisme, d’indépendance des médias, de la qualité du cadre légal et de la liberté des journalistes.

Dans le monde, les pays scandinaves sont ceux qui s’en sortent le mieux. La Norvège et la Suède sont en tête du classement. A l’inverse l’Érythrée et la Corée du Nord sont les pays où la presse est la plus bâillonnée, «  le seul fait d’écouter une radio basée à l’étranger peut valoir un séjour en camp de concentration », cite le rapport.

‘’ Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée dans le monde’’, s’inquiète RSF. Le Classement mondial de la liberté de la presse met en évidence une détérioration globale.

RSF s’inquiète de la montée en force des régimes autoritaires dans le monde et plus particulièrement en Turquie, en Pologne et en Russie, d’ailleurs, l’indice global qui mesure la liberté de la presse est en constant recul depuis plus de cinq ans dans le monde.

Près des deux tiers des pays répertoriés ont enregistré une accentuation de leur situation.  Ils sont 21 pays classés “noirs », c’est-à-dire, où la situation de la presse est considérée comme « très grave” et 51 autres sont en “rouge” dont la liberté de l’information est jugée “difficile”.

« L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis et la campagne du Brexit au Royaume-Uni ont offert une caisse de résonance aux ‘Médias Bashing’ et aux « fausses nouvelles », regrette RSF.  Et « partout où le modèle de l’homme fort et autoritaire triomphe, la liberté de la presse recule ».

La Turquie de Tayyip Erdogan a « résolument basculé du côté des régimes autoritaires » pour devenir « la plus grande prison au monde pour les professionnels des médias », accuse RSF.

Classé 130ème en 2015, puis 131ème en 2016, le Maroc marque un recul de deux places en arrivant 133ème en 2017. RSF avance que « les autorités du Royaume exercent des pressions politiques et économiques sur les médias marocains indépendants pour les dissuader de traiter des sujets hautement sensibles » selon RSF.

 

C.O

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire