ban600

Samira Al Fazazi laisse un grand vent de deuil derrière elle

Samira Al Fazazi laisse un grand vent de deuil derrière elle

En ce vendredi 19 mai, on a presqu’envie de reprocher au soleil de briller de ses mille feux alors qu’il pleure dans les cœurs des Marocaines et Marocains. Samira El Fazazi n’est plus. Cette journée est donc grise de nuées d’affliction et de douleur après  l’annonce de l’ultime départ de la présentatrice météo préférée des spectateurs. C’est une bien triste nouvelle qu’on a apprise ce matin et qu’on a refusé de croire espérant que ce n’était, encore une fois, qu’une rumeur de mauvais goût. Malheureusement, les funérailles sont annoncées mettant fin à tout espoir. La gracieuse et pudique Madame météo a tiré sa révérence dans la discrétion totale après un combat acharné de cinq ans contre le foutu mal qui fauche des vies et nous ampute de personnes chères et irremplaçables.

C’est en 2012, qu’un cancer du colon a frappé la présentatrice météo qui a marqué plusieurs générations par son sourire attachant et sa pudeur. Prise dans la spirale infernale des interventions chirurgicales et des séances de chimiothérapie, elle a été contrainte de quitter son travail où elle a annoncé la pluie et le beau temps, pendant de longues années d’engagement, de fidélité et d’abnégation.

Digne encore plus dans sa maladie, elle brise le tabou en parlant, derrière le micro de Hit Radio, de son combat tout en dédramatisant afin de donner de l’espoir à toute personne atteinte et surtout pour dire que la vie continue malgré la maladie. Et c’est sourire  aux lèvres qu’elle a continué à mener sa bataille, forte de sa foi et de l’amour des siens.

Originaire de Nador, Samira El Fazazi a fait des études de droit se voyant bâtonnière au service de la justice mais les médias l’arrachent à son rêve. Elle intègre ainsi la première chaîne au sein de la rédaction des informations en langue arabe avant de devenir celle qui atténuait l’annonce des nuages, de pluie et de tonnerre avec son sourire confiant et apaisant, après une formation au Centre national de météorologie. Avec une grande classe et beaucoup d’humilité, cette femme sensible, chaleureuse et attachante a fait montre de tant de professionnalisme, de délicatesse et de discrétion.

Après un simulacre de répit de trois ans, le maudit mal la reprend de plus belle en 2017. Et c’est ainsi que l’exécrable cancer aura, encore une fois, emporté cruellement celle qui nous a accompagnés avec douceur et talent pendant de longues années.

Aujourd’hui, à 51 ans, elle fait ses adieux affligeants à tous ceux qui l’ont aimée. Certes elle part avec le froid de la grisaille qu’elle nous laisse mais le temps n’effacera pas son visage et sa voix résonnera à jamais dans nos oreilles. Désormais, la météo ne sera plus ce qu’elle était puisqu’en filigrane, l’âme de Samira sera toujours là.

Si lors des adieux, la façon dont on se quitte est à l’image des relations qui unissent les uns et les autres, aujourd’hui, un vent de deuil, des nuages de tristesse et une pluie de larmes sont le lot de tous ceux qui ont aimé Samira Al Fazazi.

À propos de l'auteur:

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire