ban600

‘’Spice’’, la drogue qui rend zombie

‘’Spice’’, la drogue qui rend zombie

Un substitut SYNTHÉTIQUE du cannabis appelé « Spice » déclenche un chaos en Grande-Bretagne et transforme les gens en «zombies». Les autorités britanniques sont inquiètes et redoutent que cette drogue ne se répande partout dans le pays et traverse même les frontières pour envahir l’Europe, rapporte le quotidien britannique Daily Mail.

Une vidéo tournée à Manchester, samedi dernier, montre les effets dévastateurs de cette substance. Elle touche près de 95% des jeunes sans-abris. Selon la même source.

Certaines personnes ont été filmées dans la rue, se déplaçant comme des zombies suite à la prise de cette drogue. Ses effets sont graves : épisodes psychotiques sévères, vomissements, convulsions et hallucinations puissantes. Telles sont les réjouissances auxquelles s’expose l’usager de la mauvaise herbe.

‘’Spice’’ a été inventée, accidentellement, par un chimiste organique appelé John Huffmann à Clemson University en Caroline du Sud, aux États-Unis.

Huffmann recherchait une nouvelle façon de développer des médicaments anti-inflammatoires qui impliquaient la création de centaines de types synthétiques de cannabis dont un appelé JWH-018.

Le chimiste a déclaré que la substance n’était pas adaptée à la consommation humaine en 2006, mais elle a commencé à être diffusée sur les sites Web deux ans plus tard.

Pour les autorités, traquer la vente du produit s’avère compliqué car il s’achète principalement sur Internet.

Les ambulanciers paramédicaux ont été appelés à 26 incidents à Manchester, pendant une journée, en raison des effets du médicament. “Dans le centre de la ville, des personnes semblent être congelées, comme des zombies. Ils ne bougent plus. On dirait qu’ils ne sont plus en vie. Ils ne savent même plus où ils sont” précise Julie Boyle, assistante et aide sociale aux SDF à Manchester.

“Les consommateurs d’héroïne disent que c’est la pire des drogues sur le marché. Elle est très dangereuse”, assure un consommateur de “Spice” dans le quotidien britannique. “Je ne connaissais pas cette drogue. J’ai cru que j’allais mourir. C’était comme si mon cerveau et mes poumons se renfermaient”, se souvient-il.

 

C.O

 

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire