ban600
Voeux

Une Marocaine à la tête de la chambre basse du parlement néerlandais

Une Marocaine à la tête de la chambre basse du parlement néerlandais

Néerlandaise d’origine marocaine, Khadija Arib est devenue, mercredi 13 janvier, la première femme marocaine élue présidente de la chambre basse du parlement des Pays-Bas. C’est d’ailleurs la première fois qu’une femme d’origine étrangère occupe un tel poste dans ce pays. Elue par 83 voix sur les 134 votants valides lors d’un vote à la chambre basse qui compte 150 députés, elle est le symbole de la parfaite intégration d’une immigrée marocaine dans la société néerlandaise.

La députée du parti travailliste est, par ailleurs, membre d’un groupe de travail sur les migrations au sein du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, au Maroc.

Fille unique, native d’Oulad Saïd près de Settat, elle ira rejoindre son père, en 1975, à Amsterdam alors qu’elle n’avait que quinze ans. Elle se chargera plus tard des cours d’alphabétisation donnés aux Marocains de son quartier avant de devenir assistante à l’Académie sociale. Quelques années après, elle crée l’Union des femmes marocaines en Hollande afin de lutter contre les lois discriminatoires du pays d’accueil.

En 1993, elle intègre le parti travailliste et devient membre de la Direction à Amsterdam. Sa notoriété montante ne passe pas inaperçue et les dirigeants du parti la poussent à se présenter aux élections de 1998. En 2002 et malgré le recul du parti, Khadija Arib, elle, a toujours la côte. D’ailleurs, aux élections législatives anticipées, elle décrochera un troisième mandat aisément.

De sa mission de députée, elle fait sa foi. Les axes majeurs dont elle fait son bâton de pèlerin sont la santé et l’image de la femme marocaine aux Pays-Bas.

Agée de 55ans, Khadija Arib signe une première dans ce pays de près de 17 millions d’habitants comptant quelque 380.000 « allochtones » d’origine marocaine. Ceci a bien entendu suscité la réaction non surprenante du populiste islamophobe Geert Wilders qui a qualifié cette élection de « jour noir pour l’histoire parlementaire » lui reprochant pour ainsi dire de détenir la double nationalité marocaine et néerlandaise.

 

À propos de l'auteur:

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire