ban600

Les universités marocaines demeurent sollicitées à contribuer au développement local et régional

Les universités marocaines demeurent sollicitées à contribuer au développement local et régional

Les universités marocaines demeurent très sollicitées à contribuer au processus de développement mené aux plans local et régional, a souligné vendredi à Marrakech, le secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi.

Intervenant lors d’une rencontre de communication avec les membres du Conseil de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM), M. Samadi, a ajouté que les établissements universitaires sont appelés dans leurs zones de compétences au niveau de chaque région, à adopter une auto-réforme en profondeur, et à se doter des moyens scientifiques et académiques aptes à leur permettre d’être au diapason du progrès que connait le Royaume à tous les niveaux.

Le ministre a, à dans ce contexte, exhorté les présidents des universités ainsi que les membres du corps professoral, à accompagner le cadre légal du système d’éducation et de formation au sein des universités, et à s’inscrire de façon effective et efficace dans le processus de régionalisation avancée mené par le Royaume.

Et de poursuivre que la réforme pédagogique menée actuellement au sein des établissements universitaires requiert qu’on marque un moment d’arrêt en vue de son évaluation, sa correction et son développement, laissant savoir que le ministère de tutelle vise en premier lieu à consolider le rôle des ces institutions, à promouvoir la recherche scientifique afin que ces universités soient plus compétitives sur le plan national voire même aux niveaux régional, continental et international.

M. Samadi, a relevé que l’objectif de cette rencontre avec les responsables et les cadres de l’UCAM consiste à les informer sur la vision stratégique du ministère ainsi que sur son plan d’action à l’avenir, avec un accent mis sur ses projets visant à améliorer le rendement des universités marocaines et ce, dans l’optique de les hisser au rang de leurs consoeurs internationales. Dans la foulée, il a loué la place de choix qu’occupe désormais l’université Cadi Ayyad de Marrakech dans son environnement régional et international.

Le ministre a, en outre, exposé les grandes lignes du plan d’action de son département pour la période 2017-2021, notant que le ministère veille à la réalisation des objectifs de cette feuille de route notamment, l’amélioration des conditions d’accueil et de formation des étudiants, la promotion d’une bonne gouvernance de gestion intégrée des cursus, l’adaptation de l’offre pédagogique aux besoins de l’environnement extérieur de l’université, outre l’élaboration et l’activation de la carte universitaire prévisionnelle et multi-annuelle.

Ce plan d’action se propose également de consolider la réforme pédagogique, d’améliorer les législations relatives à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique, et de promouvoir la coopération et le partenariat sur les plans national et international.

Sur le plan social, le ministre, a fait savoir que le nombre des élèves bénéficiant de bourses au titre de l’année universitaire écoulée s’est établi à près de 330.000, alors qu’il est attendu à ce que ce chiffre atteindra, cette année, quelque 364.000 étudiants boursiers, a précisé M. Samadi, notant que la capacité d’accueil des cités universitaires est évaluée à près de 54.000 lits, dans l’attente de son augmentation pour atteindre 64 mille lits.

Le ministère ambitionne également d’améliorer les conditions d’accueil et d’étude à travers la modernisation des espaces de l’université et la consolidation des infrastructures sportives, ainsi que l’équipement des cités universitaires, des salles de classe, et des laboratoires en matériels techniques, outre la création de nouveaux postes pour combler le déficit enregistré.

De son côté, le président de l’université Cadi Ayyad de Marrakech, M. Abdellatif Miraoui a présenté un exposé détaillé sur cet établissement, avec un focus sur la place que cette université occupe à l’échelle continentale, arabe et internationale, faisant savoir que le rayonnement de l’UCAM se confirme d’année en année, en dépit de la persistance de certaines contraintes, permettant ainsi à cette université, de se hisser à la première place à l’échelle maghrébine et des pays francophones en Afrique.

L’UCAM a, en outre, renforcé sa place de choix en tant que première université marocaine offrant de sessions de formation à distance (MOOC), ce qui lui a valu de devenir un modèle pionnier dans le domaine numérique au Maroc, a-t-il indiqué, rappelant que l’UCAM compte actuellement quelque 150 unités reliées à ce système et ambitionne d’arriver à 400 unités d’enseignement.

M. Miraoui a fait savoir, en outre, que le budget alloué à la recherche scientifique et à l’innovation est estimé à un milliard de DH (20 % du budget de l’université), dont une grande partie émane des partenariats avec d’autres établissements, faisant savoir que l’Université s’est inscrite dans une série de projets novateurs comme la cité de l’innovation qui sera édifiée sur une superficie de 1.400 m2, avec 4 pôles (recherche et évaluation, incubation, partenariats et formation, et services).

Par la même occasion, M. Samadi accompagné du président de l’UCAM et de certains cadres et enseignants, ont visité la faculté de médecine et de pharmacie, la faculté des sciences Semlalia, la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, la faculté de langue et la faculté des lettres et des sciences humaines.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire