‎”Innovation propre” : Le Maroc dans le Top 5 mondial ‎

Innovation propre

Dans son édition 2021, le Green Future Index, élaboré par le prestigieux Massachusetts Institute of ‎Technology (MIT), a classé le Maroc au 26ème rang mondial, et au 5ème rang des pays en termes ‎d’”innovation propre”.‎

Ce classement annuel mesure les progrès et réalisations en faveur d’une économie verte. Le ‎document, qui trie les performances de 76 pays sur 5 volets, à savoir les émissions de carbone, la ‎transition énergétique, la “Green Society” (tendance de la société à adopter un mode de vie vert), ‎et l’innovation propre, souligne le rôle leader du Maroc dans son continent, à travers, entre autres, ‎la formation d’experts africains en énergies renouvelables et en agriculture durable.‎

Le rapport note que le Maroc a procédé à une refonte fondamentale de la politique énergétique il ‎y a une dizaine d’années, se fixant l’objectif de porter la part des énergies renouvelables à 42% ‎dans le mix énergétique du pays d’ici 2020, un objectif qui a été porté à 52% d’ici 2030.‎

Le rapport cite également Said Mouline, DG de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique ‎‎(AMEE). Le responsable déclare qu’en plus de développer des filières éolienne et solaire fortes, le ‎Maroc a également réussi à réduire ses coûts. “À moins de 0,03 dollar le kilowattheure, les énergies ‎renouvelables sont désormais notre moyen le moins cher de produire de l’électricité”, informe ‎Mouline.‎

De plus, les subventions aux combustibles fossiles ont été supprimées et remplacées par des ‎programmes de transition énergétique, rappelle le rapport, citant l’exemple de l’irrigation dans ‎l’agriculture et indiquant que “près de 40000 pompes fonctionnant à l’énergie solaire ont été ‎installé à ce jour”.‎


Le rapport véhicule également la volonté du Maroc de devenir une partie prenante dans la ‎transition énergétique à l’échelle continentale. “Aujourd’hui en Afrique, nous avons 600 millions de ‎personnes qui n’ont pas accès à l’électricité, et nous avons les outils et les capacités pour aider à ‎tirer parti des énergies renouvelables pour combler ce fossé”, a déclaré Mouline.‎

Le Maroc a aussi franchi le pas de la production et l’exportation des pales de turbines d’éoliennes, ‎dont 60% de la production est destinée à l’export, est-il aussi noté.‎