2020 : l’année des grandes réalisations diplomatiques liées au Sahara Marocain

L’année 2020 était riche en événements liés au dossier du Sahara marocain. MAROC DIPLOMATIQUE retrace l’évolution du dossier du Sahara marocain durant ces 12 derniers mois.

 7 janvier : La République de Gambie ouvre un Consulat général à Dakhla

 L’année 2020 commence par une dynamique diplomatique particulière. La République de Gambie a inauguré, le 7 janvier, un consulat général à Dakhla. La cérémonie d’inauguration de cette représentation est présidée par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et son homologue gambien, Mamadou Tangara. Un événement majeur qui constitue une percée pour la diplomatie régionale.

11 janvier : Antonio Guterres exige le respect de la libre circulation à El Guergarat

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, exige le «maintien de la circulation civile et commerciale régulière» à El Guergarat, et appelle à s’abstenir de toute action susceptible d’altérer le statu quo dans cette zone tampon, en allusion directe aux menaces et aux gesticulations du «polisario» et de ses relais visant à entraver le passage du rallye «Africa Eco Race» entre le Maroc et la Mauritanie. Le chef de l’ONU «appelle tous les acteurs à faire preuve de la plus grande retenue et à désamorcer les tensions».

 28 février : Adoption de la «Déclaration de Laâyoune»

Le 3e Forum Maroc-États insulaires du Pacifique adopte la «Déclaration de Laâyoune». Lors de cet événement, les Chefs des Délégations des États Insulaires du Pacifique affirment que la région du Sahara est une partie intégrale du territoire marocain, et considèrent que l’Initiative marocaine d’Autonomie est la seule et unique solution au différend régional sur le Sahara marocain.


 15 octobre : Consultations sur la question du Sahara marocain

Le Conseil de sécurité de l’ONU tient des consultations à huis clos sur la question du Sahara marocain, durant lesquelles les membres du Conseil réaffirment leur plein soutien au processus politique, mené sous les auspices exclusifs des Nations unies depuis 2007. Les membres du Conseil de sécurité réitèrent également leur appui au processus des tables-rondes avec la participation du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du polisario. Ce qui a créé un élan positif dans le processus onusien. Les membres soulignent, par ailleurs, que la reprise du processus des tables-rondes devra se faire sur la base des progrès réalisés par l’ancien Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler.

30 octobre : L’ONU proroge le mandat de la MINURSO

Le Conseil de sécurité des Nations unies décide de proroger pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain. C’est ce qu’annonce le texte de la résolution 2548 présentée par les États-Unis et adoptée par une procédure écrite des quinze membres du Conseil. Cette nouvelle résolution consacre, à nouveau, l’Algérie en tant que partie principale au différend régional sur le Sahara marocain, tout en soulignant la nécessité de «parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable» à la question du Sahara «qui repose sur le compromis». La résolution appelle aussi à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui est l’année de la présentation par le Maroc de son initiative d’autonomie.

 12 novembre : Le Maroc décide de réagir et de restaurer la libre circulation

 Le polisario, appuyé par l’Algérie, se livre à des actes de provocation, bloquant le passage d’El Guerguarat, dans une zone placée sous la responsabilité de l’ONU, depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu en 1991. Plus de trois semaines après le blocage de la circulation entre le Maroc et la Mauritanie, le Maroc décide de réagir, annonce le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Après s’être astreint à la plus grande retenue, face aux provocations des milices du «polisario», «le Royaume du Maroc n’a eu d’autre choix que d’assumer ses responsabilités afin de mettre un terme à la situation de blocage générée par ces agissements et restaurer la libre circulation civile et commerciale», souligne le ministère dans un communiqué.


13 novembre : Sécurisation réussie du passage d’El Guerguerat

 L’opération menée par les Forces Armées Royales afin de restaurer la libre-circulation au passage d’El Guergarate, se déroule «de manière pacifique, sans accrochage ni menace pour la sécurité des civils». Le passage d’El Guerguerat entre le Maroc et la Mauritanie est à présent complètement sécurisé par la mise en place d’un cordon de sécurité par les Forces Armées Royales (FAR), conformément aux Hautes Instructions Royales.

16 novembre : S.M. le Roi Mohammed VI s’entretient avec Antonio Guterres

S.M. le Roi Mohammed VI s’entretient au téléphone avec le Secrétaire Général des Nations unies, Antonio Guterres. L’entretien a porté sur les derniers développements de la Question nationale, notamment la situation dans la zone d’El Guergarate au Sahara marocain. Au cours de cet entretien, le Souverain a souligné qu’après l’échec de toutes les tentatives louables du Secrétaire Général, le Royaume du Maroc a pris ses responsabilités dans le cadre de son droit le plus légitime. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que les milices du polisario s’adonnent à des agissements inacceptables.

10 décembre : le Roi Mohammed VI s’entretient avec Donald Trump

Le Roi Mohammed VI s’entretient au téléphone avec Donald Trump, Président des États-Unis d’Amérique. Cet entretien a été l’occasion d’annoncer la décision historique des États-Unis d’Amérique de reconnaître la marocanité pleine et entière du Royaume sur son Sahara. Cette position constructive des Etats-Unis d’Amérique vient renforcer la dynamique de la consécration de la marocanité du Sahara marocain, confirmée par les positions de soutien par un ensemble de pays amis, ainsi que par les décisions de nombreux pays d’ouvrir des consulats dans nos provinces du Sud.

12 décembre 2020 : La carte complète du Maroc officiellement adoptée par le gouvernement US

L’ambassadeur américain au Maroc présente la carte complète du Maroc officiellement adoptée par le gouvernement US, incluant les provinces du Sud. Cette carte est la «représentation tangible» de la proclamation audacieuse faite par le   Donald Trump, qui reconnaît la souveraineté du Maroc sur son Sahara.


 22 décembre : Déclaration commune Maroc-USA-Israël après l’audience Royale

 Au cours d’une audience au Palais Royal, accordée par S.M. le Roi Mohammed VI à la délégation américano-israélienne, les trois parties ont convenu d’une feuille de route tripartite, pris des engagements qui devront être concrétisés avant fin janvier et signé des accords. Cette déclaration sera la feuille de route pour les trois pays dans tous les domaines, et notamment la question du Sahara, les relations Maroc-Israël et plus largement la question du Proche-Orient.

25 décembre : Début du processus d’ouverture d’un consulat américain à Dakhla

La concrétisation de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara avance à pas sûrs. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, annonce le début du processus d’établissement d’un consulat américain à Dakhla. Le tweet de Pompeo a été suivi par un communiqué officiel du département d’État américain qu’il dirige, reprenant la même annonce. «Dans l’immédiat, nous inaugurons une mission diplomatique virtuelle», «qui sera suivie bientôt par un consulat fonctionnant à plein régime», a-t-il ajouté dans un communiqué, sans préciser de calendrier.