45è session du CDH: Le Maroc réitère son attachement ferme à la lutte contre le racisme

APS

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a réitéré jeudi, lors de la 45ème Session du Conseil des Droits de l’Homme, l’attachement ferme du Royaume à la lutte contre le racisme, et au renforcement des liens humains, sans discrimination ni distinction aucune, à travers le respect indéfectible des engagements consignés dans la Charte des Nations Unies et les conventions internationales auxquelles le Maroc a adhéré.

Présentant la Déclaration du Maroc au “titre du Point 9, relatif au Racisme, discrimination raciale, xénophobie et formes connexes d’intolérance, suivi et mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Durban”, M. Zniber a rappelé que l’identité nationale marocaine est diverse, avec une société plurielle intégrant un héritage historique, culturel, religieux et ethnique, riche.

Le Maroc a interdit explicitement, dans sa législation nationale, les manifestations de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie, notamment dans le code de travail, le code pénal et le code de la presse et de l’édition, a-t-il poursuivi.

Sur le plan régional et international, et à titre d’exemple, le Maroc, qui a abrité le séminaire international sur le suivi du Plan d’action de Rabat relatif à l’interdiction de tout appel à la haine, accueillera le prochain Sommet mondial de l’Alliance des civilisations, a fait observer l’ambassadeur.

M. Zniber a indiqué, en outre, que, suite à sa visite au Maroc en décembre 2018, la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance, a salué les efforts déployés par le Royaume en matière de lutte contre la discrimination, notamment raciale.


Pour assurer la pérennité et l’efficience de son action dans ce domaine, le Maroc s’est toujours évertué à attribuer à la société civile marocaine un rôle de partenaire dans la promotion du respect des droits humains, ainsi qu’un rôle de veille et de monitoring concernant les éventuelles atteintes à ces droits fondamentaux, a-t-il ajouté.

( Avec MAP )