70ème anniversaire de la Création de la République populaire de Chine: Bilan et perspectives ?

chine
chine

La Chine a célébré à Pékin le 1er Octobre 2019 par un défilé militaire imposant le 70ème anniversaire de la création de la République populaire de Chine.

Le régime marxiste-léniniste a pris le pouvoir en 1949 après sa victoire sur les nationalistes du Guomindang. Mao Zedong surnommé le « Grand Timonier » a gouverné la Chine jusqu’en 1976 en tant que Président du Parti communiste chinois. Après avoir collectivisé les terres agricoles par la force, il lance en 1959 le “Grand bond en avant ” puis en 1969 la “Grande révolte culturelle prolétarienne”.

Mais celui qui a véritablement transformé la Chine est Deng Xiaoping qui a lancé en 1978 les quatre modernisations : industrie, agriculture, science, défense nationale. En 1992, il a exhorté les chinois à s’enrichir et a promulgué l’économie socialiste de marché qui a été inscrite dans la Constitution chinoise. L’admission de la Chine en 2001 à l’Organisation mondiale du commerce lui a permis de s’ouvrir sur le marché international. Le prestige mondial de la Chine s’est renforcé par l’organisation en 2008 des Jeux olympiques et en 2009 de l’Exposition internationale de Shanghai.

Le bilan des 70 ans de la République populaire de Chine est impressionnant. Des centaines de millions de chinois sont sortis de la pauvreté. La Chine rurale et sous-développée en 1949 est devenue une puissance industrielle de premier plan. Le PIB de la Chine qui était de 28 milliards de dollars en 1952 atteint 13.600 milliards de dollars en 2018, alors que le revenu disponible a été multiplié par 567 de 1949 à 2018. Actuellement, la Chine est la deuxième économie mondiale après les Etats-Unis, et la première en parité de pouvoir d’achat. La part de la Chine dans les exportations manufacturières mondiales est passée de 6% en 2001 à 19% en 2015. La Chine a procédé à des investissements à l’étranger d’un montant de 178 milliards de dollars en 2016. Devenue « l’Atelier du monde » la Chine est présente par ses biens et services sur les cinq continents notamment en Afrique où elle est le premier partenaire économique.

Les perspectives de l’économie chinoise sont cependant moins prometteuses pour l’avenir. La croissance qui était pendant de nombreuses années à deux chiffres est passée actuellement à 6%. Le modèle économique chinois basé sur les investissements publics et l’exportation est en phase d’essoufflement, et a besoin d’être profondément réformé notamment par la promotion du secteur privé et de la consommation intérieure. Le chiffre officiel du chômage 5,5% ainsi que certains indicateurs financiers ne sont pas rassurants.


Mais le défi actuel le plus important pour l’économie chinoise est la guerre commerciale déclenchée par le Président américain Donald Trump. L’Administration américaine semble bien déterminée à enrayer l’irrésistible ascension du rival chinois. Les Etats-Unis veulent préserver leur suprématie dans le monde, notamment par le maintien de l’avance technologique américaine grignotée sur tous les fronts par les chinois. Les effets de la guerre commerciale se font sentir au niveau des exportations chinoises qui sont en baisse continue depuis seize mois.

Les investissements chinois à l’étranger sont également en baisse puisqu’ils sont passés à 128 milliards de dollars en 2018 et seulement 50 milliards de dollars au premier semestre 2019. Pour échapper à la pression américaine, la Chine tente de se rapprocher de l’Europe, notamment de l’Union européenne considérée comme un partenaire plus rationnel que les Etats-Unis.

Malgré ces sources d’inquiétude, l’économie chinoise reste solide et les pressions exercées de l’extérieur peuvent accélérer les réformes. Notre pays le Maroc a établi un partenariat stratégique avec la Chine en 2016 suite à la visite du Roi Mohammed VI en Chine. C’est ainsi que notre pays a adhéré officiellement en 2017 à la nouvelle route de soie, a exempté de visa les touristes chinois se rendant au Maroc, et a commencé la construction d’une ville industrielle près de Tanger en collaboration avec une grande entreprise chinoise. Le Maroc grâce à ses Accords de libre-échange constitue également pour la Chine une passerelle aussi bien pour l’Afrique que pour l’Europe et les Etats-Unis. En 2017, le Maroc a reçu 90 millions de dollars d’investissements chinois ainsi que 120.000 touristes chinois avec une prévision de 500.000 en 2020.

Par Jawad KERDOUDI


Président de l’IMRI

(Institut Marocain des Relations Internationales)