Le 7ème Prix Orange de l’Entrepreneur Social

Orange lance sa 7ème édition Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM). Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 6 juin 2017, dans la rubrique « Prix Orange de l’Entrepreneur Social » sur le Site entrepreneurclub.orange.com 

Avec le lancement du concours au Maroc, l’opérateur souhaite contribuer au développement socio-économique du pays en soutenant l’innovation technologique des jeunes talents. Le Prix récompense les projets innovants à caractère social qui s’inscrivent dans les domaines des technologies de l’information et de la communication.

«Avec un record de 750 candidatures en 2016, le succès du prix POESAM auprès des entrepreneurs d’Afrique et du Moyen-Orient n’est plus à démontrer.  Cette année, 21 pays dans lesquels nous opérons pourront récompenser trois  gagnants afin de promouvoir au mieux l’écosystème local des startups en sus des lauréats au niveau de l’ensemble de la zone.  Nous réaffirmons ainsi notre ambition de devenir le partenaire incontournable des start-up en mettant en particulier en valeur l’innovation au service des populations », a déclaré, Bruno Mettling, Directeur Général Adjoint du groupe Orange en charge de la zone Afrique et Moyen-Orient.

S’adressant à tout Marocain de plus de 21 ans, porteur de projet de moins de trois ans, le concours débutera par une première phase nationale où un jury d’experts marocains désignera les trois gagnants nationaux qui recevront chacun une dotation financière. S’ensuivra une seconde phase internationale durant laquelle les gagnants de chaque pays, soit 51 gagnants au total, seront mis en concurrence par un jury international qui remettra le grand prix POESAM aux trois lauréats lors de la soirée des Africa Com Awards, en novembre 2017, au Cap, en Afrique du Sud. Les trois lauréats internationaux recevront, en plus des lots nationaux, respectivement 25 000€, 15 000€ et 10 000€ et bénéficieront d’un accompagnement par des professionnels de la création et du financement des jeunes entreprises.


Oulkhir Chaouki