A LA UNEEconomie

8 Mars : Les inégalités de genre persistent au Maroc

A l’occasion de la journée mondiale des femmes, le Centre Régional d’investissement de Marrakech-Safi a organisé, mardi 09 mars 2021, un webinaire sous le thème « Mixité en entreprises : levier de performance et de pérennisation », pour décortiquer le rôle majeur que peut jouer la femme dans l’économie nationale.

Cette rencontre virtuelle a connu la participation de Yassine Mseffer, DG du CRI Marrakech-Safi, Doha Sahraoui, Professeure Universitaire Cadi Ayyad, Younes El Mechrafi, DG-Marocaine des Jeux et des Sports, Aayla Ghouli, Directrice Marketing, Stratégie, Innovation et Digitale BMCI, Hamid Bentahar, Président de Accor Gestion Maroc et du CRT Marrakech-Safi, Aude de Thuin, Fondatrice Women’s Forum et Women in Africa, Khadija Boujanoui, Présidente Comité Parité & Diversité 2M et Janie Letrot, Secrétaire Générale du Club des Femmes Administratrices CFA.

Lors de ce webinaire, Doha Sahraoui a expliqué le lien étroit qui existe entre la mixité et la performance. Selon les chiffres qu’elle a présentés, la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes dans le monde augmenterait le PIB de 5,7% à 9%, ainsi que les entreprises qui comptent 30% de femmes dans les postes d’encadrement résistent mieux aux crises. Au niveau national, réduire l’écart entre les femmes et les hommes de 25% conduirait à une hausse du PIB de 5,4% à 8,6%.

Doha Sahraoui, Professeure Universitaire Cadi Ayyad

L’experte en genre et diversité a affirmé l’importance de la place des femmes dans l’activité. Mais malheureusement, le taux d’activité féminine est toujours en baisse avec 100.000 femmes qui abandonnent chaque année une activité rémunératrice pour se convertir en femme au foyer. « Selon l’ONU, il faudra 100 ans au Maroc pour atteindre l’égalité entre les genres », a-t-elle noté.

Ainsi, le milieu social et l’éducation impactent la situation des femmes au Maroc. Selon Sahraoui, les femmes Cadres sont majoritairement issues des grandes villes, leurs mères et leurs pères sont des fonctionnaires. Ainsi, on observe que la plupart des femmes membres des conseils d’administration sont issues des écoles françaises, avec une expérience à l’étranger.

Khadija Boujanoui a affirmé, pour sa part, quelques conclusions de Sahraoui soulignant que l’éducation médiatique sur l’égalité des chances entre les sexes révèle d’une grande importance pour le développement du Royaume, malgré sa présence modeste dans les sources d’information et les contenus éditoriaux. Dans ce sens, le comité parité et diversité créé par la chaine nationale 2M a contribué au renforcement de la présence médiatique des femmes, avec la création de la première plateforme marocaine dédiée aux femmes expertes, pour améliorer leurs visibilités et mettre à jour leurs fonctionnalités.

Khadija Boujanoui
Khadija Boujanoui, Présidente Comité Parité & Diversité 2M

En réalité, il reste encore des barrières et des inégalités qui entravent l’intégration de la femme marocaine dans le marché de travail, ce qui fera perdre à l’économie du Maroc sa valeur ajoutée et ses contributions pour le développement du pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page