la France prête à reconnaître Juan Guaido comme «Président en charge» du Venezuela

la France

A défaut d’annonce d’élections d’ici huit jours, la France sera prête à reconnaître l’opposant Juan Guaido comme «Président en charge» du Venezuela pour «enclencher un processus politique», a affirmé samedi le président Emmanuel Macron en soulignant la nécessité de permettre au peuple vénézuélien de «décider librement de son avenir».

«Le peuple vénézuélien doit pouvoir décider librement de son avenir. Sans élections annoncées d’ici 8 jours, nous serons prêts à reconnaître Guaido comme +Président en charge+ du Venezuela pour enclencher un processus politique. Nous y travaillons entre partenaires européens», a écrit le chef de l’Etat français dans un tweet.

Jeudi dernier, le président Macron avait exprimé le soutien de l’Europe à la «restauration de la démocratie» au Venezuela, saluant «le courage» des citoyens de ce pays qui «marchent pour leur liberté».

«Après l’élection illégitime de Nicolás Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie. Je salue le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté», avait -il écrit dans un tweet en réaction aux développements que connait le Venezuela.

Vendredi encore, la France a «fermement» appelé Maduro à «s’interdire toute forme de répression de l’opposition».


«Nous appelons fermement M. Maduro à s’interdire toute forme de répression de l’opposition, tout usage de la violence contre des manifestants pacifiques», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

→ Lire aussi : Venezuela : crispation à son comble entre les deux camps

Le chef de la diplomatie française a également fait part du «plein soutien» de Paris au Parlement vénézuélien et son président, Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président par intérim du pays.

«Nous entendons apporter notre plein soutien à l’Assemblée nationale vénézuélienne et son président en tant qu’institutions démocratiquement élues et qui à cet égard doivent jouer totalement leur rôle», a-t-il dit.


Au niveau européen, la cheffe de la diplomatie de l’Union européenne (UE), Federica Mogherini, a aussi appelé au «lancement immédiat» au Venezuela d’«un processus politique conduisant à des élections libres et crédibles, conformément à l’ordre constitutionnel».

L’UE soutient pleinement l’Assemblée nationale vénézuélienne en tant qu’institution élue démocratiquement dont les pouvoirs doivent être restaurés et respectés, a-t-elle affirmé, insistant que «la voix du peuple vénézuélien ne peut être ignorée».

Parallèlement, Juan Guaido, a appelé à la poursuite de la mobilisation contre le pouvoir de Nicolas Maduro alors qu’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la crise à Caracas est programmée pour ce samedi.

Quelque 26 personnes ont été tuées dans les manifestations antigouvernementales qui secouent le Venezuela.


De même, un total de 369 personnes ont été interpellées depuis lundi lors de ces manifestations, selon l’ONG “Foro Penal” (Forum pénal).