A l’ONU, Bourita exprime le plein appui du Maroc à la Force du G5 Sahel

Bourita

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita, a exprimé jeudi au siège de l’ONU à New York, le plein appui du Royaume du Maroc à la Force du G5 Sahel, dont la présidence est assurée cette année par le Burkina Faso.

Intervenant lors d’une réunion de la Commission de consolidation de la paix des Nations-Unies consacrée au Burkina Faso, M. Bourita a tenu à “saluer vivement la Présidence en exercice du G5 Sahel (2019) assurée par le Burkina Faso, et les résultats réalisés sous son leadership pendant le mandat en cours”.

Outre le Burkina Faso, la Force du G5 Sahel comprend le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

“La situation sécuritaire qui prévaut dans la région du Sahel nous interpelle tous. Cela affecte tous les pays de la région et le Burkina Faso en est l’illustre exemple. Aucun pays n’est épargné. Nous sommes tous concernés”, a souligné le ministre à ce propos.

Selon lui, les défis sont multidimensionnels et concernent principalement la sécurité et le développement, les deux piliers sur lesquels se fondent la stabilité de tout pays.


Cette situation “nous appelle à l’action”, a souligné le ministre, mettant en garde que la montée en puissance des mouvements insurrectionnels, de l’extrémisme et du terrorisme sont tout autant de facteurs qui menacent la paix et la sécurité de la région.

“Nous avons un devoir de solidarité avec le Burkina Faso. Cela doit se traduire par des actes concrets à travers notamment un soutien accru au Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS) mis en œuvre par le gouvernement burkinabè depuis 2017 pour améliorer la sécurité des personnes et de leurs biens et fournir l’accès aux services de base dans les zones touchées par l’insécurité”, a plaidé M. Bourita.

Dans ce cadre, il a rappelé que la coopération entre le Maroc et le Burkina Faso est multiforme et constitue un axe stratégique du programme de coopération entre les deux pays.

“Dans ce sens, le Royaume du Maroc est résolument déterminé à faire de ce modèle de coopération entre nos deux pays, un modèle de coopération Sud-Sud réussi à part entière”, a affirmé le ministre.


Au cœur de cette coopération, a précisé M. Bourita, se trouve le volet cultuel pour la promotion des valeurs d’un Islam du juste milieu, ouvert à la tolérance et au dialogue, comme rempart à l’extrémisme religieux.

“Elle s’exprime à travers la coopération fructueuse dans le cadre de la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains qu’entretiennent le Royaume du Maroc et le Burkina Faso”, a expliqué le ministre.