Accusations de Moro contre le président brésilien: la Cour suprême autorise l’interrogatoire de trois ministres

Brésil

La Cour suprême du Brésil a autorisé, mardi, le parquet à auditionner trois ministres, dans le cadre des accusations d”ingérence du président dans la police fédérale” formulées par l’ancien ministre de la justice.

En riposte à la décision du président, Jair Bolsonaro de nommer un nouveau directeur de la police fédérale (PF), l’ancien ministre Sergio Moro avait accusé le Chef de l’Etat, la semaine dernière en annonçant sa démission, d’”ingérence dans la PF”.

Le président brésilien avait dans un premier temps nommé Alexandre Ramagem à la tête de la police fédérale, mais sa proximité de la famille Bolsonaro a suscité une opposition, notamment à la Cour suprême, ce qui a poussé le président à opter finalement pour Rolando De Souza.

À la suite des accusations de Moro, la plus haute juridiction du pays a autorisé, à la demande du ministère public, une enquête pour vérifier la véracité de ces propos.

Dans le cadre de cette enquête, le parquet a demandé à la Cour suprême de recueillir les témoignages des ministres de la présidence, Walter Braga Netto, de la sécurité intérieure, Augusto Heleno, et du Secrétariat du gouvernement, Luiz Eduardo Ramos. D’autres responsables du gouvernement et du Parlement qui, selon Moro, ont été témoins de cette prétendue pression ont été également appelés à témoigner.


Mardi, le président a de nouveau rejeté les accusations de Moro, confirmant qu’il va changer également la direction de la police fédérale de Rio de Janeiro.