Acte XI de la mobilisation des «Gilets jaunes» : participation en baisse

Gilets jaunes

Quelque 69.000 manifestants sont descendus, samedi, dans les rues en France dans le cadre de l’acte XI de la mobilisation des «Gilets jaunes», en baisse par rapport aux deux précédents samedis durant lesquels 84.000 personnes ont répondu à chaque fois à l’appel, selon des chiffres publiés en début de soirée par le ministère français de l’intérieur.

Depuis le 17 novembre dernier, les «Gilets jaunes», mouvement né sur les réseaux sociaux pour protester contre la politique fiscale et sociale du gouvernement et réclamer des mesures pour renforcer le pouvoir d’achat des travailleurs, n’ont raté aucun samedi pour faire entendre leur voix.

A Paris, où les manifestations organisées lors de ce 11ème samedi de rassemblement ont enregistré des escarmouches entre manifestants et forces de l’ordre, 4000 «Gilets jaunes» se sont mobilisés dans le cadre de quatre défilés qui ont arpenté les principales artères de la capitale.

Cinquante-deux personnes ont été interpellées par la police, selon le ministère de l’intérieur.

Outre les rassemblements et défilés organisés en cours de journée, les manifestants ont convergé vers la mythique Place de la République où une «nocturne» était programmée pour la première fois. Cette «nocturne», qui était prévue de 17h00 à 22h00, semblait cependant compromise après l’intervention de la police pour disperser la foule suite à des heurts.


→ Lire aussi : France : les «Gilets jaunes» dans la rue pour le 11ème samedi consécutif

Outre Paris, le groupe «Nuit jaune» a appelé sur les réseaux sociaux à d’autres «nocturnes» à Bordeaux, Strasbourg, Montpellier et Evreux.

Ces «nocturnes» ont pour objectif de créer un lieu d’«expression citoyenne sans violence», qui servira à «débattre, échanger et revendiquer nos véritables doléances», selon leurs initiateurs.

Ce samedi de mobilisation, le onzième consécutif, intervient alors que le président Emmanuel Macron poursuit son périple à travers les régions du pays pour aborder avec les Maires et les citoyens les différentes doléances qui s’expriment ça et là et qui tournent globalement autour du renforcement du pouvoir d’achat.


Il intervient aussi à un moment où une contestation a surgi au sein du mouvement après l’annonce de la présentation d’une liste, en son nom, pour les élections européennes du 26 mai prochain.

Des partisans du mouvement «Ralliement d’initiative citoyenne» (RIC) ont en effet officiellement constitué, mercredi dernier, une liste menée par Ingrid Levasseur, aide-soignante et l’une des nombreuses figures de ce mouvement social.