Les actions de SM le Roi en Afrique sont “admirables”

Les actions entreprises par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Afrique sont “admirables”, a affirmé, vendredi à Dakhla, le président du Sénat de la République fédérale du Nigeria, M. Abubakar Bukola Saraki. Dans une allocution à l’ouverture des travaux du Forum Crans Montana (FCM) qui se tient à Dakhla avec la participation de personnalités représentant près de 150 pays, M. Saraki a invité les Chefs d’Etat africains à s’inspirer des actions entreprises par SM le Roi Mohammed VI et le président nigérian Muhammadu Buhari, citant notamment le projet de gazoduc qui reliera le Nigeria au Maroc. “L’Afrique a démontré sa volonté et sa capacité à bâtir de plus larges relations de coopération et des partenariats, pas seulement à l’intérieur du continent mais également à travers toutes les régions du Sud global”, a-t-il indiqué, martelant que “nous ne pouvons former des partenariats forts avec d’autres régions du monde, qu’il s’agisse du Nord ou du Sud, à moins que nous ne forgions des partenariats solides entre nous”.

“Au cours de ces dernières décennies, nous avons été les témoins d’une évolution soutenue des relations sud-sud”, a-t-il dit, exhortant les pays africains à “assumer la responsabilité de leur propre développement”. Pour sa part, l’ancien président de la République de Zambie, M. Rupiah Banda, a indiqué que les relations entre son pays et le Maroc constituent un “exemple reluisant” de la coopération Sud-Sud, mettant en exergue les résultats de la dernière visite de SM le Roi à Lusaka.

De nombreux mémorandums d’entente ont été signés lors de cette visite royale, portant sur nombre de secteurs, notamment, l’assurance, la finance, le tourisme, l’énergie, les mines, la protection réciproque des investissements, l’aviation, l’éducation et un accord de coopération général relatif aux affaires économiques, scientifiques, techniques et culturelles, a expliqué l’ancien chef d’Etat zambien.

Après avoir mis l’accent sur les relations d’amitié et de fraternité unissant Rabat et Lusaka, M. Banda a invité les opérateurs économiques marocains et africains présents au Forum Crans Montana à investir dans son pays pour concrétiser et donner de l’élan à cette coopération régionale.


La coopération sud-sud est le résultat d’une vision homogène stratégique destinée à promouvoir le développement des Etats et des peuples, a souligné, de son côté, le président de Vanuatu, Baldwin Lonsdale.

Pour atteindre les objectifs de développement, “nous avons besoin de dirigeants, de volonté politique, de partenariats en faveur des femmes, des jeunes, de la société civile, et des acteurs du secteur privé, et ce afin de répondre de manière efficace aux besoins de la race humaine”, a précisé M. Lonsdale.

S’exprimant également à cette occasion, la présidente du Conseil des Femmes d’affaires arabes, Cheikha Hissah Saad Al-Salem Al Sabah, a salué la dynamique de développement enclenchée au Maroc sous le leadership éclairé de SM le Roi Mohammed VI, faisant remarquer que le Souverain œuvre pour soutenir et promouvoir les investissements dans le Royaume.

Le Conseil soutient les différents plans et programmes de développement initiés au Maroc pour attirer les investissements en vue de réaliser le développement et le progrès économique, a-t-elle dit.


A son tour, le révérend américain, Jesse Jackson, a appelé le continent africain à tirer profit de ses ressources naturelles pour renforcer ses capacités, saluant “la coalition de consciences” réunie en ce moment à Dakhla pour trouver des solutions à des problématiques urgentes.

Au total, ce sont plus de 900 participants qui se retrouvent à Dakhla à l’occasion de cette session, placée sous le thème:”Vers la nouvelle Afrique du XXIème siècle. Stabilité, cohésion et solidarité pour un développement durable. Le rôle structurant du Maroc en Afrique”.

Un accent particulier est mis cette année sur la sécurité alimentaire et l’agriculture durable à l’occasion d’un panel de haut niveau qui mettra en exergue les politiques innovantes que le Maroc a décidé d’offrir en partage à ses partenaires africains.

Santé publique, énergies renouvelables, gestion des ressources naturelles, industrie maritime, rôle de la jeunesse et des femmes sont également au cœur des thématiques de cette édition.