Afrique du Sud: Une vingtaine de fusils d’assaut volés d’une base militaire à Pretoria

fusils d'assaut
fusils d'assaut

Au moins 20 fusils d’assaut automatiques ont été volés de la base militaire sud-africaine Lyttleton TEK, près de la capitale Pretoria, a indiqué mardi la Force de défense nationale sud-africaine (SANDF).

Ce vol ne peut être commis que par des individus bien initiés qui ont des connaissances sur les accès aux armes et la manière de leur stockage, a expliqué le porte-parole de la SANDF, Siphiwe Dlamini, notant que l’enquête en cours a permis d’interpeller des suspects.

L’association des propriétaires d’armes à feu de l’Afrique du Sud (Gosa) a estimé que ces armes à feu seront très probablement utilisées par des gangs et des criminels violents. «Les civils ne peuvent pas acheter ces armes à feu», a-t-il ajouté.

«Ce n’est que la dernière d’une longue série de cas similaires prouvant que l’Etat est le pire gardien de notre sécurité», a déploré le président de Gosa, Paul Oxley.

«Il est très alarmant que cela se soit produit. Les bases militaires ne doivent pas devenir des endroits désertés pendant la saison des fêtes», a-t-il poursuivi.


Pour sa part, le vétéran de l’armée sud-africaine et porte-parole de Gosa, Tim Flack, a déclaré que ce n’est pas la première fois que cela se produit et que ce ne serait pas la dernière.

«Cette fois, il s’agit d’un plus grand nombre de fusils par rapport aux années précédentes», a-t-il précisé.

Le principal parti d’opposition l’Alliance démocratique (DA) a considéré qu’il est «scandaleux que l’accès puisse être obtenu dans une installation militaire supposée être hautement protégée».

«Le fait d’avoir de tels armes dans la rue constitue une menace pour la sécurité des citoyens et de l’Etat», a indiqué le responsable de la défense nationale et des anciens combattants au sein de la DA.


«Cela révèle une fois de plus la détérioration des capacités de gestion de la SANDF sous le Congrès National Africain (ANC, au pouvoir) », a-t-il conclu.