Ahmed Ouyahia n’est plus souhaité à la tête du RND

Ahmed Ouyahia

Par Saad Bouzrou

Après leur 10ème vendredi consécutif de protestation à travers le pays, les Algériens restent déterminés à obtenir satisfaction de leurs revendications prioritaires. Ce samedi 27 avril, plusieurs manifestants descendus dans les rues d’Alger signent et persistent : «qu’ils dégagent tous», appelant ainsi au départ des figures du régime Bouteflika. L’éventualité d’un deuxième effet boule de neige qui pourrait affecter Ahmed Ouyahia, ex-premier ministre algérien et président du Rassemblement national démocratique (RND), est donc fort probable.  

Pas de répit chez les Algériens ce samedi 27 avril. Des protestations contre le maintien d’Ahmed Ouyahia à la tête du RND ont été menées pour l’exhorter à démissionner. En effet, selon une source citée par le journal El Bilad, l’ex-Premier ministre algérien devrait comparaître devant le juge anticorruption du tribunal de Sidi M’Hamed à Alger le 30 avril prochain. Il fait l’objet d’une poursuite pour gaspillage de deniers publics et abus de pouvoir.

→Lire aussi : Algérie : le parti d’Ahmed Ouyahia estime que le pays est dirigé par des “forces non constitutionnelles”

Dans une déclaration à Ennahar TV, Seddik Chiheb, député et ancien porte-parole du RND, a tiré à boulets rouges sur Ouyahia : «Ce secrétaire général est refusé par les citoyens et le peuple algérien. Comment il ose tenir à ce poste (…) Je pense que son désir d’y rester relève de l’impudence et sert un agenda particulier», a-t-il déclaré.