Algérie : Gaïd Salah impose l’agenda des élections

Par Khadija Skalli

Le Général de Corps d’Armée Gaïd Salah donne ses instructions pour la préparation des élections présidentielles. Il appelle à la convocation du corps électoral le 15 septembre et à l’organisation du scrutin dans les délais fixés par la loi.

Le chef d’état-major de l’Armée algérienne, le Général Ahmed Gaïd Salah, effectue sa rentrée politique par un discours dans lequel il appelle à la convocation du corps électoral le 15 septembre. Le Vice-ministre de la Défense prononce son discours, aujourd’hui lundi 2 septembre, à partir de la 4e région militaire à Ouargla où il effectue une visite d’inspection et de travail.

« J’avais abordé lors de ma précédente intervention la priorité d’entamer sérieusement la préparation des élections présidentielles dans les quelques semaines à venir, et je confirme aujourd’hui, et partant de nos missions et prérogatives, ainsi que de notre respect de la Constitution et des lois de la République, que nous considérons qu’il est opportun de convoquer le corps électoral le 15 du mois de septembre courant », insiste-t-il dans son allocution.

Le Général de Corps d’Armée réitère sa position pour que « les élections puissent se tenir dans les délais fixés par la loi, des délais raisonnables et acceptables qui répondent à une revendication populaire insistante ».

Que dit la loi ? L’article 136 de la loi électorale stipule que « Le corps électoral est convoqué par décret présidentiel, quatre-vingt-dix (90) jours avant la date du scrutin ». Si le corps électoral est convoqué le 15 septembre, les élections présidentielles devraient ainsi être organisées le 15 décembre prochain.


Il a également appelé à « l’installation rapide d’une instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections ». Sa mission est de superviser toutes les étapes du processus électoral. « Ce qui requiert la révision de quelques textes de la loi électorale pour s’adapter aux exigences de la situation actuelle, et non pas une révision totale et profonde qui toucherait tous les textes, tel que revendiqué par certains, ce qui prendrait beaucoup de temps », tranche-t-il.

Gaïd Salah, l’homme fort du pays, donne ainsi ses instructions au Chef de l’Etat pour la préparation des élections présidentielles, qui selon lui, « représentent un rendez-vous important dans l’histoire de l’Algérie » et « l’instauration de l’Etat de droit ».