Algérie: Karim Tabbou, figure du Hirak, devant la justice

Karim Tabbou

Le procès de l’opposant algérien Karim Tabbou, figure majeure du mouvement de contestation né en février 2019, s’est ouvert lundi, a annoncé un des ses avocats.

M. Tabbou, 47 ans, qui comparaît libre, est poursuivi pour “atteinte au moral de l’armée”, à la suite de déclarations critiquant le régime et l’armée en mai 2019 lors d’un meeting à Kherrata (nord-est), un fief du mouvement anti-régime Hirak.

Arrêté le 26 septembre 2019, il a été emprisonné pendant neuf mois avant de bénéficier d’une libération conditionnelle le 2 juillet dernier.

“Le procès de Karim Tabbou a débuté devant le tribunal de Kolea”, près d’Alger, a indiqué Me Zoubida Assoul sur sa page Facebook.

Le procureur a requis trois ans de prison ferme et une amende de 100.000 dinars (650 euros) à l’encontre de l’opposant, a-t-elle précisé.


Son procès avait été déjà repoussé à de nombreuses reprises depuis le début avril en raison de l’épidémie de coronavirus.

Les journalistes ont finalement été autorisés à accéder à la salle d’audience après en avoir été empêchés à l’ouverture du procès selon le vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), Saïd Salhi.

( Avec AFP )