Algérie: l’ancien Premier ministre Benflis se met en retrait de la vie politique

Benflis
Benflis

Ali Benflis, ancien Premier ministre du président algérien déchu Abdelaziz Bouteflika et candidat malheureux à la présidentielle du 12 décembre, a annoncé samedi sa démission en tant que chef de son parti, entérinant son retrait de la vie politique.

“C’est avec des sentiments sincères (…) que je remets mon mandat de président (…) au comité central” du parti, “Avant-garde des libertés”, a déclaré M. Benflis.

Le secrétaire général du bureau politique Abdelkader Saadi assurera la présidence du parti par intérim jusqu’à la tenue d’un congrès, en juin 2020, a décidé le comité, qui s’est réuni samedi.

Arrivé troisième avec 10,55% des voix après Abdelmadjid Tebboune, qui a été élu président de la République avec 58,13% des suffrages, et après Abdelkader Bengrina (17,37%), M. Benflis n’avait pas contesté les résultats de la présidentielle et reconnu sa défaite.

→ Lire aussi : Algérie : Nomination de l’universitaire Abdelaziz Djerad, Premier ministre


Il se présentait à la présidentielle pour la troisième fois.

Lors de l’annonce de sa candidature, il s’était engagé à satisfaire les revendications du mouvement de contestation populaire secouant l’Algérie depuis le 22 février, qui a obtenu la démission d’Abdelaziz Bouteflika en avril et rejette l’élection de son successeur Abdelmadjid Tebboune.

Ancien magistrat, puis avocat, M. Benflis fut ministre de la Justice de 1988 à 1991 et a intégré le bureau politique du Front de libération nationale (FLN) en 1989. Directeur de campagne de M. Bouteflika en 1999, il est devenu son directeur de cabinet une fois élu, puis son chef du gouvernement en 2000.

Les deux hommes ont entretenu des liens privilégiés mais se sont brouillés en 2003, quand M. Benflis, à qui le chef de l’Etat avait confié la tête du FLN, a envisagé de se présenter à la présidentielle de 2004.


Candidat du FLN, il n’obtient que 6,42% des voix, sévèrement battu par M. Bouteflika (85%) dès le 1er tour. Il quitte le parti, repris en main par M. Bouteflika qui le bat à nouveau au premier tour en 2014 (12,18% des voix).

Avec AFP