Algérie : l’armée sort ses griffes

Algérie

Par Khadija Skalli

Les militaires crient, à nouveau, au complot. Dans un éditorial, publié dans le dernier numéro de la revue de l’Armée Nationale Populaire (ANP), « El Djeich », ils accusent ceux qui s’opposent à leur stratégie de « comploteurs ». L’Armée ne compte pas croiser les bras. Elle dit rester « mobilisée en permanence pour accompagner le peuple et le protéger des agissements » de certains individus.

Les militaires donnent le ton. Dans un éditorial publié dans le dernier numéro de la revue de l’Armée Nationale Populaire (ANP), « El Djeich », ils tirent à boulets rouges sur tous ceux qui s’opposent à leur stratégie. Les militaires réitèrent avec force leur attachement à la solution constitutionnelle pour sortir le pays de la crise politique au point d’accuser ses opposants de « comploteurs ».

« L’Algérie traverse une crise que certains parmi ceux qui ont vendu leur conscience et qui vont même jusqu’à tramer des complots contre la patrie, voudraient voir perdurer en rejetant toutes les solutions disponibles et possibles, à même de permettre à notre pays de surmonter cette épreuve, et donc de couper la route aux aventuristes qui concoctent des plans et de les exécuter à tous les échelons dans le but d’entrainer le pays vers l’anarchie et le chaos », dénonce l’éditorialiste.

El Djeich pousse le bouchon plus loin et révèle que ce plan « machiavélique » n’est pas récent, mais date de plusieurs années.  « Aujourd’hui, nul n’ignore que les exécutants de ce plan machiavélique, ceux qui leur ont confié cette tâche et ceux qui gravitent dans leur giron, ont attendu, durant toutes les années passées, la moindre occasion pour le mettre à exécution en ayant recours à diverses voies et moyens », précise la même source.


L’ANP pointe du doigt les campagnes médiatiques, qui selon  elle, vise à « abuser l’opinion publique pour distiller leurs mensonges et leurs élucubrations dans une vaine tentative de porter atteinte au lien existentiel et étroit qui unit le peuple à son armée, d’ébranler sa cohésion et la confiance mutuelle qui les anime ».

Elle dénonce ainsi les « messages ouverts », « débats », « avis » et « points de vue » publiés dans les colonnes de certains médias, « appelant à une période de transition calquée à leur mesure durant laquelle ils se conduiront comme il leur plaira et feront passer leurs projets et les agendas de leurs parrains qui vouent à l’Algérie une haine et une rancœur infinies ».

L’Armée ne compte pas croiser les bras. Elle a tenu à rassurer les Algériens. Ces plans « concoctés par cette poignée de comploteurs sont inéluctablement voués à l’échec, y compris celui visant à briser la cohésion entre le peuple et son armée », souligne El Djeich.

L’ANP, poursuit l’éditorialiste, « demeurera aux côtés du peuple jusqu’à ce qu’il atteigne ses objectifs de concrétiser le changement attendu comme elle demeurera mobilisée en permanence pour accompagner le peuple et le protéger des agissements d’individus que le temps a fini par dévoiler les contours du vil complot qu’ils ont mis en œuvre contre la patrie des chouhada ».


Finalement, c’est un dialogue de sourds entre l’armée et le peuple algérien. Ce dernier ne cesse de rejeter la solution constitutionnelle et les figures de l’ancien régime notamment le président par intérim Abdelkader Bensalah. De son côté,  l’Armée campe sur sa position et réitère son attachement à la constitution.