Algérie : le tribunal militaire requiert 20 ans de prison pour Saïd Bouteflika et ses coaccusés

Saïd Bouteflika

Le tribunal militaire de Blida a requis, lundi, une peine de vingt ans de prison à l’encontre de Saïd Bouteflika, frère-conseiller du Président déchu, des deux anciens patrons des services de renseignement, le général de corps d’armée à la retraite, Mohamed Mediène dit Toufik et le général-major à la retraite, Bachir Tartag, et de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs, a déclaré à la presse Me Noureddine Benissad, membre du collectif d’avocats défendant Louisa Hanoune.

Les quatre individus avaient été condamnés en septembre dernier en première instance par le tribunal militaire de Blida à quinze ans de prison ferme chacun pour “atteinte à l’autorité de l’armée” et “complot contre l’autorité de l’Etat“.

L’avocat a expliqué que “les plaidoiries des avocats assurant la défense de Louisa Hanoune en appel devant la cour militaire ont commencé ce matin après le réquisitoire du procureur général militaire près la cour militaire de Blida demandant l’aggravation de la peine à 20 ans de prison à l’encontre de tous les prévenus“.

La défense a démontré que Louisa Hanoune n’a fait qu’exercer ses droits fondamentaux, l’activité politique et l’expression d’une opinion en proposant à l’occasion d’une rencontre avec le général de corps d’armée Toufik et Said Bouteflika dans une résidence officielle et non secrète une démarche politique en insistant sur la démission de Abdelaziz Bouteflika de son poste de président et d’aller vers un processus constituant par l’élection d’une assemblée constituante“, a ajouté Me Benissad.

Il a estimé que “les chefs d’accusation de complot ou d’attentat contre l’autorité de l’Etat, la destruction ou le changement du caractère républicain de l’état ne tiennent pas la route“.