Algérie : Quelle « issue de secours » pour Gaïd Salah ?

Gaïd Salah

Par Khadija Skalli 

Le Chef de l’Etat-major de l’Armée Ahmed Gaïd Salah multiplie les discours sans convaincre. Après avoir accusé l’opposition politique de vouloir « entraîner le pays dans la violence et l’anarchie », le général se rétracte et se dit ouvert à toute proposition de sortie de crise.

Il n’est nulle besoin d’être un fin politologue pour constater l’impasse dans laquelle se trouve actuellement le Chef de l’Etat-major de l’Armée, le général Ahmed Gaïd Salah. Depuis le début de la contestation populaire, le vice-ministre de la Défense algérienne multiplie les mesures pour sortir le pays de la crise politique qui menace son économie et surtout sa stabilité.

Limogeages, arrestations et incarcérations des hommes d’affaires, poursuites judiciaires contre de hauts responsables gouvernementaux « véreux », nouvelles nominations…..en vain. Il semble que le général de corps d’Armée ne réussisse pas à convaincre les Algériens, qui maintiennent le cap. Son plan de sortie de crise ne fait pas l’unanimité.

→Lire aussi : Gaïd Salah veut redorer son blason en déclarant la guerre aux oligarques algériens


Gaïd Salah ne lésine pas non plus sur les mots. L’homme fort du pouvoir multiplie les discours, tantôt menaçant, tantôt conciliant. En témoigne ses deux derniers discours successifs du mardi et mercredi 23 et 24 avril.

Mardi 23 avril, le général Ahmed Gaïd Salah a fustigé l’opposition politique algérienne qui refuse sa feuille de route. « Nous avons constaté l’apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l’Algérie, appelant à l’entêtement et l’acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies sans tenir compte de tout ce qui a été réalisé, le rejet de toutes les initiatives et le boycott de toutes les démarches », affirme-t-il. Le Chef de l’Etat-major de l’Armée pousse le bouchon plus loin et tire à boulets rouges sur l’opposition. « Tout cela confirme que ces voix et ces positions obstinées œuvrent à entraîner le pays vers le piège du vide constitutionnel et le faire entrer dans la spirale de la violence et de l’anarchie ».

Mercredi 24 avril, Gaïd Salah prononce une nouvelle allocution dans laquelle il se rétracte. Il se dit ouvert à toute proposition de sortie de crise. « L’Armée nationale populaire demeurera engagée à préserver les nombreux acquis et réalisations de la nation, ainsi que l’accompagnement du peuple et de ses institutions à travers la mise en œuvre des solutions possibles, tout en approuvant toute proposition constructive et initiative utile allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix », souligne-t-il. Finalement, Gaïd Salah ne sait à quel saint se vouer.